Skip to main content

Full text of "Choregraphie, ou, L'art de décrire la dance, par caracteres, figures, et signes démonstratifs : avec lesquels on apprend facilement de soy-même toutes sortes de dances : ouvrage tres-utile aux maîtres à dancer & à toutes les personnes qui s'appliquent à la dance"

See other formats


' art de decrirt la dancf 



17m 





-CC 



Digitized by the Internet Archive 

in 2010 with funding from 

Universityof Ottawa 



littp://www.archive.org/details/choregraphieoulaOOfeui 



CHOREGRAPHIE 

o u 

L'ART DE DECRIRE 

LA D A N C E, 

PAR CARACTERES, FIGURES 

ET SIGNES DEMONSTRATIFS, 

Avec lefquels on apprend facilement de foy - même toutes 
fortes de Dances. 

Ouvrage tres-utile aux Maîtres à Dancer & à toutes les perfonnes qui 
s'appliquent à la Dance. 

Far M. FEVILLET, Maître de Dancei 

Seconde édition, augmentée. 




A PARI S, 

Chez l'Auteur, rue de Bufli, Faubourg S. Germain , à la Cour Impériale. 

Et chez Michel Bru net, dans la grande Salle du Palais, 
au Mercure galant. 

m! D C C I. 
^rSC PKiriLEGE DU Kor. 



p- 




A 

MONSIEUR PECOUR, 

PENSIONNAIRE DES MENUS PLAISIRS 

D U R O Y. 

Et CotDpofîceur des Ballets de l'Académie Royale 
de Mufîque de Paris. 




ONSIEUK 



Il efi agréable de trowver dans une même ferfonne tou^ 

tes les qualité'^ necejfaires four autorïfer le choix d'un 

Patron y & je fuis trop heureux que mon penchant Ce 

foit déclaré pour un mérite auffi dtfiingué que le ^otre j 

xela m'ajfure , MONSIEUR^ en quelque façon une 



a 1} 



E P I S T R E, 

apprdhaÙQn générale pour le petit Ouvrage que faj l'^hori" 
neur de vous dédier 3 fur tout fi %;ous l'ho?2oreZj de vStrs^ 
Jujfrage. Il ferpit ajouhaitter que feujfe ,aujfi bien véùjjl 
dans mon entreprife que dans mon choix ; en effet ^ 
JS/IO ISl S l EU K\ fouvois-je mieux chotfir pour décider 
fur une matière de Dance ^ tout le monde ne fçait-il pas 
que vous êtes le modèle des plus parfaits J^ an ce ur s , O* 
que tous les autres ne font efiimez^ qu'autant c^u ils vous 
imitent i T^ant de BaUets dfferens que vous compofeZjy 
& qui font le plus kd ornement du ^heatr:e ; cette ad- 
mirable j ujleffe qui Je trouve dans toutes vos idées & 
qu'on voit éclore avec tant d'art ^ de naturel 3 cette 
fine delicatejfe répandue dans tout ce que vous faites s 
tout celas disfe 3 marque en vous ^ ]\dO NS lEUR, 
une fécondité inéputfiable qui vous a attiré a jufie titre 
non-fieulement la réputation de toute I4 France ^ mais 
encore celle de toutes les Cours étrangères : Ces raifons 
jufii fient afe7 que je ne pouvois pas mieux faire que de 
■*vous addfeffer mon travail. Agrée^^-le donc ^ s'il vous 
plaît , c^ fi^J^^ perfiuadé que la plus grande jofe qdtl 
fuiffe me donmr , cefi de faire cor^noître par tout que je 
fuis tres-parfaitement s ~ 



MONSIEUR 



Vôtre tres-humbk & tees-obcifTant 
Servkcui: FEUILLET. 



f^tr. '«n rA, -41^ 'Jy, -^^ 'ti,, -iU ■ rA, rA^ 'A^ '<l^ -A' -A. '^ '^ 'A^ 't^ -Mm -A, ^A> -A, «Iv. -Jt, -AU 

• (^>à ^3^ i'»^ f^i C>'^ ft«^ T?Ni . (f^ (Ç^ f^ r»^ . ^^ f»^ (f'^ 



^5^'qi?qp-:^?^:ji?^qpqp-qp<:^-:^'::ïp^^^q:p-^ 



PREFACE- 



PLufieurs peiTonnes avant moy ont travaillé en differens 
temps à mettre les Dances fur le papier , par le moyen 
■de quelques Signes ; mais comme leur travail efî demeuré in- 
-fruâueuxj j'ay tâché de conduire le mien alTez loin pour le 
rendre utile au public; il eft vray que le Di6tionnaire Hiftori- 
que de Fureticre à la lettre ORC , fait mention d'un livre de 
Dancej dont les Pas font nottez avec des nottes de Mullque, 
-mais ce livre ne fe trouve plus. En voicy les propres termes. 

Il ^ a un Traité curieux, fait par Thomet Arbeau , impri- 
mé à Langres en iy88. qu'il a intitulé ORCHESOGRAPHIE ; 
c'eft le premier ou peut-être le feul qui a notté ôc figuré les Pas 
de la Dance de fcn temps de Ja même madiiiere qu'on notte le 
-Pliant & les Airs. 

Ainfi nous avons obligation à cet Auteur de nous avoit 
-donné les premières idées de décrire la Dance, quoy pourtant 
<^u'il y en a qui veulent qu'elle nous foit venue de Hollande. 

De tous les Signes, Cara6teres & Figures que j'ay pii inventer, 
je n'ay employé dans cet Ouvrage que ceux qui m'ont paru les 
plus propres éc les plus démonftratifs , & j'ay tâché d'jexpliquer 
clairement tout .ce qui peut être neceCfaire , pour en rendre 
îufaae facile. 

On ne peut nier qu'il ne foit très utile & très avantageux 
aux Maîtres à Danccr , tant à ceux de Paris , qu'à ceux des Pro- 
vinces, &c même des autres Royaumes, 6c enfin aux Ecoliers, 



PREFACE. 

parce que les uns & les autres par le fecours des Signes , Cara- 
deres & Figures que je donne , pourront déchiffrer aisément 
les Dinces , comme l'on déchiffre les Airs de Mufique nottez. 

J'aurois crû donner trop peu au public , fi je ne luy avois 
donné feulement que l'explication des Principes & des Élemens 
de la Dance , fans y joindre des Exemples particuliers de diffé- 
rentes Danccs , pour en enfeigner l'ufage & la pratique 5 c eft 
ce qui m'a engagé à compoier plufieurs Dances que j'ay mifes 
à la fiii de ce Traité , dont il y a plufieurs Entrées de Balle? , 
propres pour homme & pour femme, tant pour une perfonne 
feule, pour deux, pour quatre, que pour huit, fur de differens 
Airs &: de differens mouvemens , il y en a pour des Maîtres , 
& d'autres pour des Ecoliers déjà avancez dans cet exercice. 

Outre les Dances que j'ay faites & que je donne , )'ay mis 
à la fin de ce Livre un Recueil des plus belles Dances de Bal , 
qui ont été composées par Monfieur Pecour, qu'il a bien vou- 
lu revoir luy-mème avant d'être gravées , afin qu elles foient 
bien corredes , à caufe qu'il y a une grande quantité de per- 
fonnes qui ne les ont pas fîdellement, 

J'ay choifi les plus nouvelles & celles qui ont le plus de cours. 

Je donneray dans peu un autre Recueil de ces plus belles 
Entrées de Ballet, pour homme èc pour femme, tant pour une 
perfonne feule que pour plufieurs , fans compter toutes les nou- 
velles Dances de Bal qui fe compoieronc à l'avenir, quejeferay 
graver chacune en particulier, pour l'utilité publique , qu'on 
pourra envoyer dans une Lettre ainfi qu'on envoyé un Air de 
Mufique. 



PRIVILEGE DU KO Y. 

LOUIS par la grâce de Dieu Roy dé France & de Navarre : A 
nos amez &; féaux Confcillers les gens tcnans nos Cours de Par- 
lement, Maîtres des Requêtes ordinaires de nôtre Hôtel, Baillifs, Sé- 
néchaux, Prévôts, Juges, leurs Lieutenans & tous autres nos Jufticicrs 
Se Officiers qu'il appartiendra , Salut. Nôtre bien amé le ficur Raoul 
Auger Feuillet Maître de Dance de Paris , Nous a tres-humblemenc 
fait remontrer qu'il defireroit faire graver & imprimer un Livre de fa 
compofition , intitulé l'Art de décrire la Dance tpar Caractères çir Figures 
démonfiratifs, &vec lefquels on apprend facilement de foy-même toutes Jones 
de Dances , il auroit choifî pour imprimer &: graver ledit Livre G. P. 
du Mefnil, Imprimeur de nôtre bonne Ville de Paris, s'il Nous plaifoit 
luy en accorder nos Lettres de "permiflion fur ce neceflaircs. A ces 
Causes voulant favorablement traiter ledit Expofant, Nous luy avons 
permis &: accordé , permettons &: accordons par ces prcfcnres , de gra- 
ver , faire graver ou imprimer ledit Livre, comme aufll de fi.ire impri- 
mer & graver , tant à prefent qu'à l'avenir toutes lès nouvelles Dances , 
tant de fa façon que des autres Auteurs ,avec leurs permiflions , pendant 
le temps de fix ans , porté par lefdites Lettres , durant lequel temps 
Nous faifons deffenfes a tous Imprimeurs & Libraires, Graveurs & au- 
tres perfonnes de faire imprimer , graver ny contrefaire , ny de fe fervir 
d'aucuns des Caraderes àc Figures contenus dans ledit Livre, ny de 
contrefaire aucunes Dances, fans la permiffion de l'Expofant ou de Ces, 
ayans caufes , à peine de trois mille livres d'amende , & de tous dépens, 
dommages bc intérêts , & de confifcation des exemplaires contrefaits &: 
autres marchandifes qui s'y trouveront jointes , à condition qu'il fera mis 
deux exemplaires dudit Livre en nôtre Bibliotcque publique , un en 
celle du Cabinet des Livres de nôtre Château du Louvre , & un en 
celle de nôtre très-cher & féal Chevalier Chancelier de France le fieur 
Boucherat , Commandeur de nos Ordres , avant de l'expofer en vente, 
à la charge aufîî que l'impreffion en fera faite en nôtre Royaume , &: 
que ledit Livre fera imprimé & gravé fur de bon papier , & ce fuivanc 
les derniers Reglemcns de l'Imprimerie &: Librairie, à peine de nullité 
des prefcntes , lefquelles feront regiftrées dans le Regiftre de la Com-i 
munauté des Imprimeurs &; Libraires de Paris. Si vous mandons & en- 
joigîîôrfs onc du contenu en icelles vous faffiez joiiir pleinement &; pai- 



iîblement l'Expofanr , ou ceux qui auront droit de luy , fans (oufFrir qu'il 
leur foit fait aucun empêchement. Voulons aufli qu'en mettant au com- 
mencement ou à la fin dudit Livre une copie ou extrait d'icelles elles 
foient tenues pour bien &: duëment fignifiées 3, &: que foy y foit ajoutée 
& aux copies collationnées par l'un de nos amez & féaux Confeillers 
Secrétaires , comme à l'Original : Commandons au premier nôtre Huif^ 
(îer ou Sergens fur ce requis, faire pour l'exécution des prefentes toutes 
faifles ,., fignifications èc autres ades de juflicc neceffaires , fans deman- 
der autre permifîion , nonobftant toutes oppofîtions , clameur de Haro, 
Charte Normande & Lettres à ce contraires. Car tel eft nôtre plai- 
fîr. Donne' à Paris le vingt- deuxième jour d'Août , l'an de grâce 
mil fix cens quatre- vingt dix-neuf, & de nôtre Règne le cinquante- 
feptiéme,- Signé par le Roy en fon Confeil M o Rsr. 

Regîfiré fur le Livre de U Communale des Imprimeurs ^ LihraireSf 
conformément aux Reglemsns- A Paris le 13. Décembre 1699. 

Signé ». C. Ballard, Syndic. 

Achevé d'imprimer pour la première fois le ji. Décembre i6s9> 



i'ART 










£• C RIRE 



LA DANC 

PAR CARACTERES ET FIGURES 
DEMONSTRATIFS, 



Avec lefquels on apprend facilement de foy-même toute**' 
forces de Dances. 




fimple explication. 



L ell prefque inutile d'expliquer les termes affedez à la 
Dance , ils portent avec eux une explication aflez claire j 
mais pour empêcher qu'on n'attache d'autres idées aux 
mots dont fe fervent les Maîtres à dancer , j'en donne une 



^ L'ART DE DFC R 1 R E 

Dans la Dance on fe fert de Pofîtions , de Pas , de Pliez , d'EIevez ^ 
de Sauts, de Cabriolles, de Tombez., de Gliflez, de Tournemens de 
Corps , de Cadences , de Figures , &cc. 

Pofîtions , eft ce qui marque tous les differens endroits où on peut 
pofcr les pieds en dançanr. 

Pas, eft ce qui marche d'rn lieu en un autte* 

Plié , eft quand on plie les genoux» 

Elevé , eft quand on les étend. 

Sauté , eft lorfqu'on s'élève en Taîr. 

CabrioUe , eft quand en fautant , les jambes battent Tune contre 

l'autre. 

Tombé, eft lorfque le corps eft hors de {on équilibre, & qu*il tombf 
par fon propre poids» 

Gliffé , eft quand le pied en marchant glifle à terre. 

Tourné , eft lorfqu'on tourne d'un côté ou d'un autre. 

Cadence , eft la connoiffance des différentes mefures , & des endtchs 
qui marquent le plus dans les Airs» 

Figure ^ eft de fuivre un chemin tracé avec art. 

Avant que de faire la démonftration de tout ce qui vient d'être 
expliqué cy-delTus ; il faut auparavant faire connoître le lieu où l'on 
dance , comme on doit s'y placer , &: le chemin que l'on doit tenir 
en dançant* 



' _ I, A D ANCE. 3 

DE LA SALIE OU THEATKE. 

LA Salle ou Thcatre eft le lieu où l'on dance , que je reprefente 
par un efpecc de quarré plus long que large , comme marque la 
figure A B C D , dont le haut fera A P , le bas fera C D , le côté 
droit fera B D , & le côté gauche fera A C. 




De la prefence du Corps. 

LA prefence du Corps eft quand le devant du Corps eft vis-à-vis 
l'un des quatre cotez de la Salle, que je reprefente par la figure 
F G H I , dont F G marque les deux cotez du corps , H marque le 
devant, & I marque le derrière. 



Le Corps 'vis j Le Corps vis - 
à -vis le haut \ à-vis le bas de 
de la Salle. \ la Salle. 



Le Corps 'vis- \ Le Corps vis ~ 
a - vis le côté \ à - vis le côté 
droit de la S al- \ gauche de U 
le. ^ \ SaUe, 




4 L*ART DE DECRIRE 

Du- Chemins 

J'Appelle le Chemin la ligne fur laquelle on dance. 
Le Chemin fert à deux ufages, premièrement il fert pour écrîré- 
les Pas & les Poficions , ôi fecondemem pour faire obferver la Figure 
des Dances. 

Tous les Pas & Pofitions Ce pourroient éerirc (ur deux lignes, fça- 
voir fur une ligne droite ôc fur une ligne diamétrale i mais comme il 
faut que le Chemin ferve auflî pour la figuje des Dances , je me fer- 
viray outre la ligne droite , &: la ligne diamétrale de lignes circulaires- 
& de lignes obliques. 

3 'appelle ligne dro'te celle qui va en longueur d'un bout de la Sadî^ 
vers l'autre bout , comme marque la ligne îC 



K 



Ligne diamétrale , celle qui va en travers d'un cofté 
'autre codé , comme marque la ligne L. 



de la Salle vm 




LA D A N C E. j 

Ligne Circulaît-e, celle qui va en circulant de coflc Si d'iUtre , corn* 
iSne m'"'que la ligne M. 




Ligne Oblique , celle qui va obliquement d'ua coin de la SaUc ver§ 
tautre coin ,, comme marque la ligne N. 




Cîiac\ine de ces lignes fep'arées ou jointes enfemble peuvent former' 
un chemin propre à dancer, fur lequel on pourra écrire les Pas &: le^ 
Poficions , comme marque la figure O , dont le commencement fe con- 
Boîtra par ce qui marque la prefence du corps , que j'y joins pour marquer 
devant quelcofté delà Salle le devant du corps doit être avaijt de dancer. 



\ 


T 



11/ 



é L'ART DE DECRIRE 

Des Pojïtions. 

ON pratique ordinairement de dix fortes de Polîtions , qu'on dî- 
vifc en bonnes &: en faufles. 

Les bonnes PoGtions font quand les deux pieds font dans une cer~ 
taine régularité uniforme , les deux pointes tournées également en de- 
hors. 

Les mauvaifes , font les unes uniformes , &: les autres difformes en- 
ti'cUes , &: différent des bonnes en ce que les pointes des pieds font 
en dedans , ou s'il y en a un en dehors , l'autre eft coujours en dedans. 

Dans toutes les Pofitions on connoîtra la figure du pieu par ce qui 
fuit , fçavoir ce qui eft fait comme un o , reprefente le talon , le com- 
mencement de la queue joignant l'o , reprefente la cheville , &: l'extre- 
mité de la queue , reprefente la pointe. 

Demj/ Tofition^ 

La Vuinte .» 

La Cheville". .,,7 
Le Talon. 11 »■ 

Cette figure du pied je ne l'appelleray que demy Pofition , parce 
qu'elle ne reprefente qu'un pied, au lieu que la pofition entière en re- 
prefente deux , comme marque la figure A B , &: comme on le verra 
encore cy-apiés» 

Tofmon. 

Oix cmarquera dans la figure précédente, que la demy Pofition qui 
eft à gauche marquée A , reprefente le pied gauche , &c celle qui eft à 
droite marquée B , reprefente le pied droit. 



L A D A N C E; 7 

Des bonnes Pojïtions. 

Es bonnes Poritions font au nombre de cinq. 
La première eft lors que ies deux pieds fonc joints enfemble , les 
deux talons l'un contre l'autre. 

Première Fofitïon. 



i 



La deuxième, quand les deux pieds font ouverts fur une même ligné, 
de la diftance de la longueur du pied , entre les deux talons. 

Seconde Fofition. 



t 



La troîfiéme , lorfquc le talon d'un pied eft emboëté contte la che« 
vUle de l'autre. 

Troïfiême Tojition. 



La quatrième, quand les deux pieds font l'un devant l'autre , éloi- 
gnez de la diftance de la longueur du pied entre les deux talons qui font 
fur une même ligne. 

Quatrième Pojitien. 



La cinquième , lorfque les deux pieds font croifez l'uh fur l'autre , de 
manière que le talon d'un pied foit droit vis-à-vîs la pointe de 1 autre. 
Cinquième To fit ion. 



$ L'ART DEDFCRIRE 

Des faujjes Pûjîtions. 

LEs faufles Pofitions font aulîi au nombre de cinq, 
La première, eft lorfque les deux pointes des pieds font tour- 
né -*s en dedans, en forte qu'elles fe touchent , & que les talons foienc 
ouverts fur une même ligne. 

Première i Tojitîon, 




La deuxième , quand les pieds font ouverts de la diftance de la lon- 
gueur du pied entre les deux pointes , qui font toutes deux tournées 
en dedans ;, & que les deux talons foient fur une m.cme ligne. 
Seconde Fofition. 



}jx troifiéme , lorfque la pointe d'un pied efl en dehors , & l'autre 
'eii dedans, en forte qu'ils foient parallèles l'un à l'autre. 
Troifiéme i PofitiQn. 



La quatrième, quand les deux pointes des pieds font tournées en de- 
dans , de manière que la pointe d'un pied foit proche de la cheville 

'Je l'autre. 

^u^aîriéme ^ Pofition. 

La cinquième fauflfe , s'écrit comme la cinquième bonne , & elles pa- 
f oilTent eftre toutes deux la même chofe , cependant elles font un effet 
tout différent l'une de l'autre -, car au lieu qu'à la bonne les deux pointes 
des pieds font tournées en dehors , à la fauffe elles font en dedans , fe 
croifant l'une fur l'autre , en forte que le talon d'un pied foit droit vis- 
à-vis la pointe de l'autre , ^ on la diftinguera d'avec la bonne par une 
petite barre entre les deux demy Pofitions. 

Cinc^iiiéme vj Pofition, 
A 



t A D A N C E. 



Dti Pas. 



QUoy que la quantité des Pas dont on fe fett dans ia Dance foit 
prefqu'innombrable , on les réduit néanmoins à cinq , qui ne fer- 
viruiic icy que pour démontrer toutes les différentes figures que la jambe 
peut faiie, qu'on appelle pas droit, pas ouvert, pas rond, pas tortillé j 
&: pas battu. 

Pas droit , efl: quand le pied marche fur une ligne droite , il y en a 
de deux fortes, l'un en avant, & l'autre en arrière: 

Pas ouvert , eil: lorfque la jambeîs'ouvre ; il y en a de trois fortes , l'un 
en dehors, l'autre en dedans, qui fe font en figure d'arc de cercle, & 
le troifiéme à côté , qu'on peut appeller pas droit , parce que fa figure 
efl: droite. 

Pas rond, eft quand le pied en marchant fait une figure ronde ; il y 
en a de deux fortes, l'un en dehors, &: l'autre en dedans. 

Pas tortillé , eft lorfque le pied en marchant fe tourne en dedans & 
en dehors ; il y en a de trois fortes , l'un en avant , l'autre eïi arrière , &; 
le troifiéme à côté. 

Pas battu , eft quand la jambe ou le pied vient battre contre l'autre % 
il y en a de trois fortes, l'un devant, l'autre derrière & le troifiéme à côté. 

Le Pas fe connoîtra par la figure qui fuit , fçavoir par une petite 
tefte noire marquée A , reprefentant l'endroit où eft le pied avant 
de marcher, par une ligne fortant dé la petite teft^e noire marquée B, 
reprefentant fa trace, figure & grandeur, comme depuis A jufqu'à D, 
& par un petit rcnvers joint à fon extrémité marqué C ; reprefente !c 
pied , fçavoir D , marque le talon , &: E marque la pointe. 



X 



.A' 



^ 



A 



B 



,o L'ART D E D FC R I R E 

On remarquera que le Pas qui efldu côcé droit dans l'exemple cy-de- 
vant fe fait du pied droit , celuy qui eft à gauche fc fait du pied gauche. 

Demonftration de tous les Pas qui 'viennent d'être explifie:!^. 



Pas dro 


It en avant. 


Fas droit 


en arrière 








r 



fâs oui'ert en dehors. Pas ouvert en dedans. P^s ouvert droit 

• — 



3 



Pas rond en dehors. 



Pas rond en dedans. 



3 



'3 



Fas tortillé en avant. Pas tortillé en arrière. Pas tortillé à coté. 

Tas battit devant. P^s hatta derrière. Pas battu à côté. 



/ 



V 



On fc rcffouviendra que j'ay reprcfenté le pied dans la demy Pofî- 
tion à la page 6. par un o , & une petite queue fortante de l'o , au lieu 
qu'au Pas je le reprefentc par un petit renvcrs joint à fon extrémité, 
comme il eft démonftré dan5 tous les Pas cy-deflus. 



L A D A N C E. ir 

Les Pas peuvent être accompagnez des Signes fuivans , comme Plié , 
Elevé, Sauté, Cabriollé , Tombé, GlifTé, avoir le pied en l'Air, pofer 
la Pointe du pied , pofer le Talon , tourné un quart de Tour , tourné 
un demy Tour , tourné trois quartsdc Tour, &: tourné le Tour entier. 

Le figne de Plier efi quand fur un Pas il y a un petit tiret panchs 
du côté de la petite tête noire. 

F as f f lié. 



\ 



Le figne d'Elever , eft quand fur un Pas il y a un petit eran tout droit» 

Pas C élevé. 



Le figne de Sauter ,, ék lors qu'il y en a deux. 
F as / fauté. 



Le figne de CabrioHer , eft quand il y en a trois, 
Pas ( cabriollé. 



Le figne de Tomber , eft lors qu'au bout d'un cran il y a un petîc 
tiret allant vers ce qui reprefente le pied. 

Pas / tombé. 



Le figne Gliffé, eft quand au bouc d'un cran il y aune petite barre 
en longueur' du Pas. 



Pas 



glifé. 



B ij 



u L'ART DE D F C R I R E 

Le fîgiie d'avoir le pied en l'air, eft lorfque le pas eft tranché» 
Le pied r^ en l'ain 



Le fîgne de pofer la pointe du pied fans que le corps y foit porté, 
eft quand il y a un point diredement au bout de ce qui reprefente la 
pointe du pied. 

Pofer la pointe du pied fins ^' que le corps y foit porté. 



Le figne de pofer le talon fans que le corps y foit porté , eft lors 
^u'il y a un point diredcment derrière ce qui reprefcnte le talon. 



Fofer le talon fans que 



le corps y foit porte. 



Le fîf^ne de tourner un quart de tour, eft reprefenté par un quare 
de cercle. ^ 

Tourne un quart de tour. 



Le figne de tourner un demy tour , eft reprefenté par un demy cercle. 
Tourné un çf > demy tour. 




Le figne tourne trois quarts de tour, eft reprefenté par trois quarts 
ie cercle 

Tourné trois ^ % quarts de tour. 



o 



Le figne de tourner le tour entier, eft reprefenté par un cercle entier. 
Tottrné un /"^^^ ^'"*^ entier. 

O 



LA D A N C E. 



îj 



Comme les Pas fewvent avoir plufeurs Signes à la fois. 



P.4S plie 
C^ fleve. 



Pas élevé 
& plié. 



Pas plié 
^ fauté. 



Pas fauté (^ 
retombé plié. 



[ 



r 



Pas plié, fau- 
té ^ retom- 
ber plié. 



Pas plié (j- 
cabriollé. 



Pas élevé 
& tombé. 



Pas plié, élc' 
vé & gl'f^' 



Pas plié & Pasplié,fau- Pasplié, éie- Pas plié, fatt'-- 
fauté le pied té, ^ tour' vé (fr pofer té ^ pojir le 



en l'air. 



\ 



.né. 




la pointe du 
pied. 



talon. 



/ 



Pour pofer les Signes en leurs lieux & places. 

Il faut auparavant reconnoître le Pas en fes trois parties , fçavoir fon 
commencement, Ton milieu & fa fin. 

Il faut aufli reconnoître le pied tant au Pas qu'aux Pofitions , en fes 
deux cotez, fçavoir, le côté de dehors & le côté de dedans.. 

Le .commencement du Pas fera le commencement de la ligne joi- 
gnant la petite tête noire , comme au point A , fon milieu fera le milieu 
de la ligne , comme au point B , & fa fin fera l'extrémité de la jigne joi- 
gnant ce qui reprefente le pied, comme au point C. 

3'appelle le dehors du pied , depuis le talon jufqu'à l'extrémité du 
petit doigt , comme marque D, E, & le dedans, depuis .le talon jufqu'à 
l'extr-emité du pouce , comme marque F , G. 









tA 



jy 



;Bii) 



14 L ' A R T D E D F C R I R E 

On pratique trois manières de plier dans le pas , fçavoir , plier avant 
de marcher , plier en marchant , &: plier après avoir marché. 

Quand il y a un figne plié au commencement d'un pas ^il fignifie qu'il 
faut plier avant de marcher. 

F lié avant ^ de marcher. 



Lorfqu'il -y a un fignc plié au milieu d'un pas c'eft marqtic qu'H ne 
&ut plier qu'après avoir marché la moitié du pas, 

Flié en ^marchant. 



Quand il y a un fîgne plié à la fin d'un pas , il fignifie qu'if ne faut 
plier qu'après avoir marché tout le p^s entier. 

Plié après <' avoir marché. 



Il en cilla même chofe des fignes élevez. 



Elevé f-avant 
de 1 marcher. 






flie ô" (-élevé 
avant \ de mar- 
cher. 



Flié avant 
marcher & 



^ de 

élevé 
. chat. 



Elevé 
chant. 



Filé & 
mar 



en mar" 



élevé en 
chant. 



Flié avant 

marcher & 

après avoir 

ché. 



de 

élevé 
mar- 



Elevé f^ après 
avoir \ marché. 



Plié & c élevé 



après 
mar 



Flié en 
dr éle 
avoir 



K 



avoir 
ché. 



ma rcnanî 
vé après 
marché. . 



vl 



1 A D A N C E. is 

f^emurcme fur les Sauts. 

Les Sauts fe peuvent faire de deux manières , fçavoir , fauté les deux 
pieds à la fois , éc fauté en marchant un pied feulement. 

Les Sauts qui fe font les deux pieds à la fois , feront marquez fur les 
Pofitions comme il fera démontré cy-aprés , au lieu que les fauts qui 
fe font en marchant fe marquent fur les pas , comme il a déjà été dé- 
jmontré & comme on le verra encore par ce qui fuit. 

Du Pas fiiute. 

Le Pas fauté fe fait de deux manières , fçavoir , fauté &: retombé fur 
la même jambe qui marche , & fauté &: retombé fur l'autre jambe que 
celle qui marche. 

Quand il y a un figne fauté fur un pas & qu'il n'y a point de figne 
en l'air après, c'eft marque que le faut fe fait fur la même jambe qui 
marche. 

Saufé & retombé fm la jambe qui marche. 



Mais quand il y a un figne fauté fur un pas , & enfuite un figne en 
l'air , c'eft marque que le faut fe fait fur l'autre jambe que celle qui marche. 

Sauté d" retombé fur l'autre jambe que celle qui marche. 



i6 L; A R T D E D FC R I R E 

Le figne tombé n'a point de place afFeélce , on remarquera feulement 
que fî on vouloit élever auparavant de tomber qu'il faudroit que le fit^ne 
élevé fût le plus proche du commencement du pas. 

Elevé dr enfuite tombé. 



Le fîgne gliffé n'a point de place afFeâ:ée , non plus que le figne tombe, 
ïorfqu'il eft feul fur un pas , mais quand il eft accompagné d'autres fio-nes 
€omme de fignes pliez, élevez, fautez, S£c. il doit être placé le dernier, 
?lié, élevé & enfuïte glifé. 



Si après, un figne gliffé ,il y avoir un figne en l'âir , il ne faudroit glilTer 
qaejufqu'à l'endroit où eft le figne en l'air. 

Clifé & enjidte le fied en l'air. 



Le figne en Tair fe peut placer au milieu & à la fin. 
Quand il eft au milieu ce n'eft avoir le pied en l'air que pour lepofcï 
cnfuite. 

Le fied en l'air & le foftr enfuit e: 



\ 



Mais quand il eft à la fin c'eft une marque que le pied doit refter en l'dr, 
Rejterle fied en l'air. 



I 



Powf 



L A D A N C E if 

Pour pofcr la pointe du pied & cnfuite le talon , il faut qu'il y ait un 
point au côté de dehors, de ce qui reprefcnte la pointe, ôdun autre avf 
côté de dedans de ce qui reprefente le talon. 

?ofer la jointe é- enfuke U tahfp. 



r 



Pour pofer le talon &: enfuitc la pointe , il faut qu'il y ait un point 
au côté de dehors de ce qui reprefente le talon , &: un autre point , au 
côté de dedans de ce qui reprefente la pointe, 

Fofer le talon & enfujte la jointe. 



On remarquera pour plus de facilité , dans les deux exemples prece- 
dens , que le point qui fe trouve en dehors de ce qui reprefente la pointe 
du pied ou le talon, cft celuy par lequel il faut toujours. commencer. 

Quand il y a un point au bout de ce qui reprefente la pointe du pied , 
& un derrière ce qui reprefente le talon , c'eft marque qu'il faut pofer 
tout le plat du pied. 

fefer la pinte & le talon tout enfemhle^ 



Les fîgnes tournez n'ont point de place afifeârée , non plus que les li- 
gnes tombez & gliffez, mais il faut remarquer de quel côté il tourne,, 
fi c'eft à droit ou fi c'eft à gauche , & pour cela il faut reconnoître ie 
%ne en fon commencement. 



C 



i« L' A R T D E D E'C R I Pv E 

Les commencemens des fignes tournez eft le bout joignant le pas far 
l'endroit le plus proche de fon commencement. 

Apres avoir ainfî connu le commencement de chaque figne tourne, on 
obfervera exactement de quel côté il tourne,s'il tourne à droit ou s'il tourne 
à gauche , comme on peut voir par les exemples qui fuivenr. 



Tourné «» 
quart de 
^OH-r à droit 

K 



Tourné un 
quart de 
tour à gau- 
che, 
\ 



Tourné de- 




Le commencement du figne tourné un tour entier efl: plus difficile à 
eonnoître , parce qu'un cercle n'a ny commencement ny fin -, mais on le 
connoîtra par un point qui fera à côté du pas , &c par ce moyen le com- 
mencement en étant ainfi connu , on fe fervira des mêmes règles qu'à 
ceux cy-dcfTus. 



Tmrné un tour à droit. 



Tourné un tour a gauche. 





Quand on ne voudra tourner qu'un demy quart de tour ,^on ne màî^ 
«^uera qu'un demy quart de cercle à côté du pas , fans y être joint.' 
EXEMPLES, 

Tourner un demy quart de tour adroit, Tourner un demy quart de tour à droit. 



y^ 



On a expliqué cy-devantque tous pas & demies pofitions qui n'ont 
qu'un point à chacune de leurs extrcmitez , fignifie dépofer la partie où^ 
cft le point fans que le corps y foit porté j mais j'avertis- que quand il 
y en aura deux, ce fera une marque que le corps doit y être porté,- 
EXEMPLES, 
ferter le corps fur U pointe du pied. Porter le corps fur le tdon. 



1 ^ 



I 



J 



L A D A N C E. i^ 

Api'és avoii- expliqué tous les fignes cy-devant; il me rcflc encore à 
faire connoitre aux pliez , élevez , fautez & gliflez , quand c'eft fur la 
pointe du pied , fur le talon , ou fur le plat du pied ; J'aurois pu me 
difpenfer de les marquer , parce que les perfonncs , qui fçavent tant foit 
peu dancer, fçauront en cette occafionce qui fera plus convenable, mais 
comme il pourroit y avoir des perfonnes qui trouver oient à redire , j'en 
fais explication , comme on peut voir par les exemples fuivans. 

Quand il y a un point au bout d'un figne plié , il fignifie qu'il faut plicc 
la pointe du pied à terre. 

rlier la jointe / du fied à terre. 



Lorfqu'il y a un point derrière un figne plié , c'eft marque qu'il faut 
plier le talon à terre. 

S lier le talon ^ à terre. 



Quand il y a un point au bout d'un figne plié &: un autre derrière , e'effe 
marque qu'il faut plier tout le plat du pied à terre. 
Plier fur le /plat du pied. 



^* 



Lorfqu'il y a un point au bout d'un figne élevé , il fignifie qu'il faut 
élever fur la pointe du pied. 

Elevé fur la ^, pointe du pied. 



Quand il y a un point derrière un figne élevé, il fignifie qu'il fautéle- 
lîser iur le talon. 

Mlevéfur ,Ç le talon. 



40 X'ART DE DE'CRÏRE 

Lorfqu'il y a un point au bout d'un (îgne élcve àc un autre derrière , 
c'eft marque qu'il faut élever fur le plat du pied. 



EU'vé fur le 



• flat du pied. 



Quand il y a un point au bout d'un ligne fauté , il fignifie qu'il faut 
fauter fur la pointe du pied. 



Sautef fur la 



'jointe 



Quand il y a un point derrière un fîgne fauté ,il fignifie qu'il faut fauter 



fur le talon 



Sauter fur 



le talon. 



Lorfqu'il y a un point au bout d'un figne fauté & un autre derrière , 
c'eft marque qu'il faur fauter fur le plat du pied. 

Sauter fur le ,^»plat du pied. 



Quand il y a un point au boat d'un figne glilTé du côté de la fin du 
pas , U fignifie qu'il faut gliflêr la pointe du pied. 
Glijfer la pointe ( du pied. 



Lotfqu'il y a un point au bout du figne glilfé du côté du commence- 
ment du pas, il fignifie qu'il faut gliffer le talon. 



Glijfer le 



Quand il y a un point à chaque 
qu'il faut gliffer le plat du pied. 



talon. 



bout du figne glifl'é , c'eft marque 



LA D A N C E. 



>iX 



Comme les Pojtnons peuvent avoir aujji les mêmes jtgnes que les Pas. 

TOus les fignes qui ont été démontrez cy-devant , peuvent être auffi 
fur les Pofitions & demy Pofîtions, aufli bien que fur les Pas , a 
la rcfcrve du fîgne gliilé. 

S'il y avoir , par exemple , un figne plié fur une demy Poficion , il fi- 
gnifieroit qu'il ne faudroit plier qu'un genou feulement qui feroit le genou 
du même pied, & s'il y avoit des fignes plié fur une Pcfition entière, 
ce feroit une marque qu'il faudroit plier les deux genoux à la fois , &c 
ainfi des fignes élevez , fautez , &:c. &c on les peut placer indifféremment 
en ce qu'ils n'ont point de place affedéc , comme ils en ont au Pas , à la 
rcferve des points , qui doivent être placez de la même manière qu'au Pas. 



JPlié fur un 
pied. 


Plié fur les 
deux pieds. 


Elevé fur un 
pied. 


Elevé fur les 
deux pieds. 


Sauté fur 
un pied. 


Sauté fur 
les deux 
pieds. 


CatyioUé 
fur un pied. 


CabrioUé 
furies deux 
pieds. 


Avcir un 
pied en l'air. 


Lever le 
pied (^ le 
pofer enfiiite 


Vofir l» 
pointe du 
pied. 


'E^re furies 
deux join- 
tes. 



</ 



\^ 



,/• 



.^ 



</ 



\/ 







Pofer l/t 


EJlre furies 
deux poin- 


Tefer le tit- 
Un. 


Eftre fur les 
deux talons 


pointe ^en- 
fuite le ta- 
lon. 


tes (jn enfui- 
te fur les 
deux talons. 



\/ 



Fofer le ta~ 
ion (^ enfui- 
te la pointe. 



^- v è: 



Ejlrefur les 
i. talons e^ 
enfuite fur 
les deux 
pointes. 



Eftre fur le Tourner fur Tmrnerfur Tourner fur 

Eflre fur le plat dts un pied à les deux un pied à 

plat du pied deux pieds. droit. pieds à droit gauche. 



Tourner fur 
les deux 
pieds à gaU' 
che. 



CHJ 



Vb 



L'ART DE DECRIRE 



Comme les Poftions & àemy Poftions peuvent a-voir ^lujteurs Jt^neî 

a la fois. 

Es Pofidons &: les demy Pofitîons peuvent avoir aufli plufictirs fî- 
_ j gnes à la fois aufll bien que les Pas , & on remarquera quand aux 
fîgnes plié , élevé , fauté & cabrioUé que celuy qui eft le plus proche de 
l'o eft celuy qui doit être le premier fait , & quand il y aura un figne en 
l'air, il eft plus à propos qu'il foit le dernier de tous. 



Tlié (5" élevé fur 
un fied. 



/ 



Tiié t^ élevé fur 
les deux pieds. 



'Elevé (jf> enfiiite 'Elevé f^ enfuite 

plier fur un pied, plier fur les deux 

pieds. 



ilie&f^tttéfur un 



Plié c^ faute fur Sauter (5> retomber. Sauter ^ retomber, 

lej deux pieds. plier fur un pied. flier fur les deux 

^itds. 



-Tlié , fauté (^ re- Plié , fauté é' »*«- 

tombé , plié fur urt tombé , flié fur les 
pied. deux pieds- 



Plié é^ cabriolé fur - Plié , calriollé ^ 
un piedl. retombé un fiedea- 

tair. 



Plié , fauté e» tour- Plié , fauté en tour- 
nant demy tour à nant demy tour a. 
gauche fur un pied. gauche fur les deux 
pieds. 



/ 



\a/ 



Plié , cabriellé e» Plié , calridlé en 

tournant trois tournant un taur à 

quarts de tour » droit fur les deux 

droit fur un pied. pieds. 



Tourné fur les deux Tourné fur les deux 
pointes des pieds un talons un demy tour 
demy tour k gauche. gauche. 



V 



\,A 



Plié , élevée^ tour- 
né fur les deux 
fe'intes des pieds u» 
demy tour à droit. 



SJ 



Plié , éle-vé (^ tour- 
né fur les deux ta- 
lons un demy tour 0- 
droit. 



\Jf 



LA D A N C E. - ^ 15: 

Tous les fignes pliez &: élevez , qui ont été démontrez fur les Pas , 
doivent s'entendre pour les deux genoux à la fois , mais quand il arrivera 
en marchant ; qu'il ne faudra plier , ou élever que d'un genou feule- 
ment, on fe fervira des règles fuivantes. 

Il s'agit en cette oecafion de faire voir tandis qu'une jambe marche , 
ce que l'autre peut faire , & pour cet effet je me femray d'une demy 
Pofition , & d'un Pas , qui ferom joints enfemble par une petite liaifon dont 
un bout fera attache â ce qui reprcfente le talon de la dcmy Pofition , & 
l'autre bout fera attaché à la tête du Pas , cette liaifon fignifîera que la 
demy Pofition &c le Pas , doivent agir tous deux en même temps. 



Ukr le gtnon 
gauche tandis 
que le UrM mxï- 
chs étendu. 



r 



Plier é' élever le 
genou gauche 
tandis que le 
droit marche t- 
tendii. 



Plier le genou 
gauche tandis 
que le droit mar- 
ché étendu juf- 
qu'k lu moitié, 
fuis le plier après 
en marchant. 



t 



■^ 



Plier le genou 
gauche tandis 
que le droit mar- 
che ttendu puis le 
plier k la moitié 
du pas , (^ en- 
fuite élever fur 
les deux pointes 
des pieds. 

"cr 



Plier le genou 
droit en mar- 
chant , ^ élever 
vers la fin , tan- 
dis que le gauche 
refte toujours é- 
tendu. 



V 



^ 



cr s» 



Deux Pas liez par leur tête marquent qu'ils doivent auffi agir tous deux 
à la fois , ce qui ne fe peut faire qu'en fautant , ou par un mouvement que 
l'on ne peut appeller proprement ny plié ny fauté , mais ce que l'on appelle 
communément échappé ou faillie. 

Ces fortes de Pas échappez fe peuvent pratiquer de deux manières , 
fçavoir les genoux roides, ou en tombant les genoux pliez. 

Ceux qui fe feront les genoux roides , n'auront pour tout figne,que le 
fîgne glifle , & ceux qui fe feront en tombant les genoux pliez auront 
pour ligne le figne glifle &: le ligne tombé. 



Sauter les 
deux pieds 
ouverts k la, 
fois. 






Sauter un 
pied en a~ 
vant ^ 
l'autre en 
arrière tous 
deux à la 
fois. 



\Ï 



'Echapper les 
deux pieds 
ouverts ^ 
Us genoux 
TOides. 



\ 



échapper un 
pied en a- 
vunt 0> 
l'autre en 
arrière , les 
deux ge- 
noux roides. 



'Echapper les 
deux pieds 
ouverts en 
tombant les 
deux ge- 
noux pliez.. 



Echapper un 
pied en «» 
'vanr (^ 
l'autre en- 
arrière en 
tombant les 
deuxgenoux 
pliez. 




24 



L*ART DE DE'CRIRE 



Des PoÇit'wns ^ demy PoJîHons tartillées, 

POfinon & demy Pofîtion tortillée , eft quand le pied Ce tourne en 
dedans ou en dehors , foit fur la pointe, foit furie talon ou en l'air,, 
ce qui fe connoîtra par un efpece de eroiflânt fortant de l'endroit qui re- 
prefente le talon , ou de l'endroit qui reprefente la pointe du pied , qui 
démontre le tournant que le talon ou la pointe doit faire en tortillant. 
Si c'eft pour tortiller fur la pointe , le croiflant doit être à l'endroit qui, 
reprefente le talon , allant vers la pointe , du côté que l'on doit tortiller^ 
& au contraire fi c'eft fur le talon ou en l'air que l'on veut tortiller , le 
croiflant fera à l'endroit qui reprefente la pointe allant vers le talon. 

EXEMPLES. 



Tortillé fur Ix 
■jointe d'un 
fied le talon 
s ouvrant en 
dehors. 



^ 



Tortillé fur les 
deux pointes, 
les deux talons 
s'ouvrant en 
dehors. 



î:^ 



Tortillé fur vn 
talon la pointe 
fe fermant en 
dedans. 



9- 



Tortillé- fur les 
deux tuions les 
deux po.ntes fe 
fermant en de- 
dans. 



Tortillé en l'air 
la pointe fe fer- 
tuant en de- 
dans. 



^ 



Des Portions & demy Foftions qui font tortillées ç^ détortillêes. 

LEs Pofîtions &: demy Pofltions tortillées & détortillées , font quand 
le talon ou la pointe du pied revient dans l'endroit d'où il étoit party, 
& fe connoîtra lorfque le croiflant fera redoublé en revenant vers l'en- 
droit d'où il étoit forty. 

EXEMPLE S. 



Tortillé ^ dé- 


Tortillé & dé- 


Tortillé é' àé- 


Tortillé é' tlé- 


Tortillé é" àé- 


tortillé le talon 


tortillé les deux 


tortillé la j oin- 


tortdlé les deux 


tortillé en l'air. 


l'ouvrant en 


talons s otc- 


te fe fermant en 


f ointes fe fer- 


la pointe fe fer- 


dehors &• h re- 


vrant en de- 


dedans 0- fe 


mant ér r'ou- 


mant en de- 


fermant en de- 


hors (5' A '■^" 


r'ouvratit en- 


■vrant enfuite 


dans (^ fer' OU' 


dans. 


fermant en de- 
dans. 


fuite en dehors. 


en dehors 


vrant enfuite 
en dehors. 


C^ 


èx^ 


9 


^f 


^ 



Comme 



LA D A N C E. 



*f 



€omme aux Pofmons tortillées les pieds fe tournent tous deux 
d'un mefme coté. 

LES Pôfitions tortillées , dont les pointes ou les talons vont touft 
deux d'un même côté , fe connoîtront par les croilTans lorfqu'iis 
kont tous deux du même côté. 



EXE M PLB S, 



Tortiller fur les deux 
f., oint es des fieds les 
deux talons allant h' 
droit. 



Tortiller furies deux 
pointes des pieds les 
deux talons allun-t 
gauche. 



Tortiller fur les deux 
talons les deux poin- 
tes allant à gauche. 



Tortiller furies ieuie 

talons les deux poin- 
tes allant à droit. 






Qomme aux Poftions tortillées & détortillées , les pieds fe tournèn^- 
0' détournent tous deux d'un mefme côté. 

EXEMPLES, 



Tourner fuf les deux 
pointes les deux talons 
allant à droit (^ re- 
tournant à gaii-che. 



Tourner fur les deux 
pointes les deux ta- 
lons allant k gauche 
C^ retournant k droit 



Tourner furies deux 
talons les deux join- 
tes allant à gauche 
g^ revenant à droit. 



Tourner fur les deux ' 
talons les dsux poi7t~ 
tes allant à droit (^ 
retournant à gauche. 



D 



zè L'ARTDEDFCRIRE 

De U mutation des Pojttions. 

LA mutation des Portions eft le mélange ou le changement des- 
unes aux autres , tant des bonnes que des faufTes , comme de la 
première à la féconde, de la féconde à la troificme , de la troîfiéme à 
îa quatrième , &:c. 

La mutation des Pofitions fe fait de deux manières , fçavoir , en fau-» 
tant &: en tortillant. 

La mutation des Pofirions qui fe fait en fautant efl , quand on faute 
d'une Pofîtion pour tetomber dans une autre , & la mutation des Po- 
rtions tortillées fe fait terre à terre , en tortillant les deux pieds , ou 
feparément , tant fur les pointes que fur les talons. 

La mutation des Pofîtions qui fe fait en fautant , fe connoîtra de la 
manière qui fuit ; fçavoir , par deux Pofitions , dont l'une a des fignes 
fautez & l'autre n'en a point. 

La Pofîtion qui a des fignes fautez, démontre le faut qui doit être 
fait & la Pofîtion d'où l'on part, & celle qui n'a point de fignes fautez, 
démontre la Pofîtion dans laquelle on doit retomber, comme on voit 
dans le;S Tables fuivantes. 



XA PAN CE/, 

Tahl<i de ta uiutahoii 

des bonnes positioiu" . 



a/ 



de^la^premie/ ala, 3-T 



N.\.:// 



■rer, t^ ^ me. 



4t 



delcL/T^cLla.^ 






cLe^La, i 



^r„ i„ . me, 



cU lu. '^?Llu.37^ 



VncV 



■TT 






de, la. CL?' clIo-^.' 

tir 



(La la. -prei7i?a.lxL<. * 









d^la.a..^CLla,^."^ 



V 



■ér 



"^ 



</ 



de. la. 3. ^œ la, j!^ 



cZe iij- ?zr/a. 2;r^ </« ulJ -"k-la ^J"^! o^e Zflj' fa Lœjr.'"^ 



^4^^ 



-^ 



4^. 



^f 



^x, 



de. IcL^. 



clIo.^ . 



Jji.la. ^^(tlcL a.f\ dc'lxL û,.^^a-la. S.^ 









-6- 



> 






S- 






>3 
X7- 



â.e,la3 ■^dla.3-'' 



Tir 






Sv5 



f 



> 



r^C) 



1 AnT D£ DE CKJRE 
Table de La niiUratioii , 

d^j" rousses positions . 




d^Uf*^ 



auLH^l 



4^ 



leUira.Ujf."^ 



> 



^ 



â^Uû^'^^aJUj.'^ 



^iza-^a-Za-fH rt^izaf 



■ <^ 



o>^- 



^^5 



xr 



^ 



-o- 



lelaS.'^ ^Uo,r^ 



xj- 



deLt^ .^ 



d--- 



-CT- 



a,i<2, j,. 



'^ 



>0. 



c;^" 



c^. 



lUy.^ 



.'^ 



cUU^.^llajr 



^o 



"cr 



uL ^. OxUl y 



(J^M 



Z^/.r^ 



dela.q,f- cLhfsT^ 






cr-^ 



i?"^ 



N, 



{Le-La,:^^ia.La. 



^^ 



^ ^ if^faLty.^ 



^ 



ï> 






Z^/f 






3j^lay^cL. La, a-!^ 

î 

"O" 



^z?a.y.^ 



-tJ- 



(lLl^/ 






tL&lcC^ 






cbia^X 



d&U4'^ 



U 4-? 









LA DaKCE 

Tnhlc de Ut mutatwTi dcj- hoitiijcj' 
<païSrtio7ij- avexi les fa 



%9 



^aiLfse^ 



de la , 



rvhonnt 



\y^ 



TT 



de la 7 • ionn£ 



de la,-]^^ h orme- 
a. la, j.. shxt^tfe.. 






de-la.]^ bonne 

y 



de la 9 
àla.jf' 



V 



£m 



de^lcL a. 
CL ia-3 .^ 



c/N> 



<^ 



\ 



\^^ 



"Cr 



' iorvrve: 



de la . 



^ 



K 



"Cr 



'. porvrter de. la s flonne 



^^ 



~^ 



^ 



K 



y 



^ 



-XT 



de IxL^ .* 
à la.fr 



hoi 
Jrati 






de- Ixl3- 

à-UL zt 



</, 



Donna 
iraiLjj'e.. 



\f 



fN> 



de laj. honn& 



de 1xl3^ bonne 



4~ 



> 



de la ^^ b onne- 
a. la. 7 .* " £ûiLfj-e,. 



K 



de ht 4,.^ honrve 
à. Ici, 2,/ Jxtiurse,. 



<^ 






xy- 



de la:^.^poTvne, 
àla^. ' £œujse 



de hx^? bonne 
CL ia^ ' ^ 



<^ 



:^. 






%: 



£a'i 



y 



XT 



de la-^. 
CL la^j f 



honm. de la^- ^ bonne , 
£xuj>re. dicu'2,-^ £aiurse , 









X7- 



>o 



de la "y, bonne , 






de layv e orme 

4? 



de IcLj^'" bonne 
a la. /.^'' £atiJ-j'e . 



d^lzLC^ bcrnive. 
à La a.^ £cuujj'C,, 



Vbi^ 



\ 



d^ La 3 ■ 
i^ la. 3 ■ 



bonne. 

£ciUJ"J'C. . 



N, 

^ 






T!r 



a Ln.£^£azLiJi 



K 



XT 



K 
/ 






■cr 



3o l!Art me decriilb 

Tahl^ ât la iruitatioii d&s Biziss&spo j-xtccnu . 
aitcc les bojiTLSs': -- 



le, la. prenuéHatuse.- 
a. 1/1 a,"^ hoTLTce-.:^ 



\ 



C^'^ 



c/ 



TT 






^( 



3^ 



\ 



~cr 






^ à. la.^. b onne.. 



de la. :if^ laussz 
cula. ±? bonne 



a.La j f^ bonne:. 



^ 



de IcC- : 



\/'. 



\ 



</^:"\ 



£a2ts^ 



/: 



Ttr 



-^ 



/. 



N> 



"O" 



^b 



CLla^ f bonne.. 



"Cr 



cU. la^^' ^ JraiLSS e 
i la. 1 f hoTine, 



de.l(t^ ^ sans se. 
aAxi: -2^f J}OTim, 



\/ 



d&^la.^ .^ Jâusse , 

^8 



TT 



dt la.^ .^sarui-a-e, 
CL ta- y.^ 7' o-rnte.. 






de Icu^^ JraiLsse 
<x 7a I .^Y bonne. 



dji LcL^.^jjULsje, 
îz la. 2r?i bonne 



(XC ix ^. Jrausse 
CLUL^ f bonne- 



de: La A.^Jiuufj'e 
a. IcL^A bonne, 

> 



ala.-j. ^'1 ^ omit. 



hcrlxL S- f 



Jiuufse 
bonne . 



d^iay. 



./ 



XT 






Jmissé- 
bonne. 



de IcL^ -^ £xiu-se 



JjztaS\'£aiù 






lixZLSJ 



delà. 2.f £rusj'e 
'clIcl 2..^ lyorme. 



As 






dzLœ^ ■^. HajLsse 



CL Tjl3 



"O- 



XT 



\ 






lorvnz. 



XT 



h an n?., 

XT 



I (V 



L A D A N C E. * p 

Des Pojltïons mi châtiment d'une j^lace en une autre. 

LEs Pofitions peuvent auflî changer en fautant d'une place en une 
autre, comme lorfque l'on faute en avant , en arrière, ou à côte, 
ce qui fe connoîtra par deux lignes de communication , allant de la po- 
fition où font les fignes Sauté à celle où il n'y en a point ; Icfquellcs lignes 
démontreront la grandeur & de quel coté le faut doit retomber. 



Seiut en avant r, pied 
joint. 



EXEMPLES 

Saut tn arrière a, ped 
joint. 



Saut en avant en e- 
fartant les fieds. 



Saut en arrière en e. 
(artant Us pieds. 



Saut en avant (§i>re- Saut en arrière 

tomber emboetté) rttembtr emboetté. 







\à 



Saut de côté à pied 
joint à droit. 



Saut de câté h pie, 
joint à gauche. 



r^isséi 



à^ V-— M : 



Sttut de eôtê croisé 
k droit. 



S «Ut di côté croisé h 
gauche. 






^4 



T^, 



Saut de côté croisé àt 
droit dont le pied cjui 
eft devant retombe 
derrière. 



'^^"^ 



Saut de côté croisé Si 
gauche dt^it le pied 
qui étoit devant re- 
tombe derrière. 
/ 




Les pofîtions peuvent encore fe mouvoir en fautant , par le moyere 
de deux pas liez enfemble par leur tête pour marque qu'ils agiflent tous 
deux en même temps j ainfi qu'il a été enfeigné à la page ^, 
EXEMPLES. 



S»Ht mtivmtètpied 
joint. 



Saut en arrière I 
joint. 



Saut de l» première 
pefition. à U dtHxié' 



Saut de la deuxiénfè 

pefttitn À la premiers. 



\5- 



\^ 



V^-^vn-g^ ^: :;^ii;^ 






\ 



c^ 



D ij 



L'A R T, D E D E' C RIRE 
De la mumion des Pojïtiom tortillées. 



A mutation des Pofitions tortillées Ce connoîtra de la même ma- 

niere que celles qui fe meuvent en fautant , à la refcrve qu'au 

lieu des fignes fautez fe font des fignes tortillez. 

J'ay déjà dit à la page z6. qu'on pouvoit changer d'une Pofîtion en 
une autre , en tortillant les deux pieds à la fois ou feparément. 

Celles qui fe font en tortillant les deux pieds à la fois Se connoîtra 
par une pofîtion tortillée , & celles qui fe font en ne tortillant qu'un 
pied feulement fe connoîtra par une demy Pofîtion tortillée. 



EXEMPLES. 



<£e IcLpmvv'hoihTie. 



aîa- 2.^ 



_EmLSSe.. 



\> 



■^^' 



-XJ 



a-la. 2-5 Irau^J-^. 

<1^ 






clà2u. P-. bonne. 



? 



\ 






[/f bonne 



a. La, 3-^. o o rvne_. 
XJ 






'la. 



bonite 



^ 



2C 



-er — 






de 7aJ'.^/<ut^j'e 



de Icl3.1 ooTine 



. XD- 



de,lcL3. 
a La, ^ 



Iaiuf\s-?, 



'6<< 



ii& la â,.- 






JcaXLsj-g. 



XT 



cLe2a ]'. 



^' 



bonm 
jsaïuj-.pe.. 



Tir 



b orvne.. 



a la a. 



h,- La - ■ £a.iLSSz. 
XT 









LA D A N C E. 



53 



De U manière que l'on doit tenir le Livre four déchiffrer les Dan ces 

qui font écrites. 

.JL J 

IL faut fçavoir que chaque fueillet fur lequel la Dance cft écrite re- 
prefente la Salle où on dancc, dont les quatre cotez du fueillet en 
reprefentcnt les quatre cotez , fçavoir le haut du fueillet reprefente le 
haut de la Salle, le bas du fueillet reprefente le bas de la Salle, le côté 
droit du fueillet reprefente le côté droit de la Salle, & le côté gauche 
du fueillet reprefente le côté gauche de la Salle , comme on voit par la 
figure fuivante , dont A B C D marque la Salle , & E F G H mar- 
que le fueillet ; fçavoir , E F marque le haut du fueillet , comme A B 
marque le haut de la Salle , G H marque le bas du fueillet comme C D 
marque le bas de la Salle , F H marque -le côté droit du fueillet com- 
me B D marque le côté droit de la Salle, &E G marque le côté gauche 
du fueillet comme A C marque le côté gauche ide la Salle. 




D 



Gn doit remarquer qu'il faut tenir toujours le haut du Livre juftc- 
ment droit vis-à-vis le haut de la Salle , & prendre foigneufement garde 
a mefure que l'on dance foit en tournant ou fans tourner qu'il ne re- 
jnu.ë point de fa fcituation , tel qu'il ell démontré par la figure cy-deffus. 

D iij 



34 L'A R T D E D FCR IR E 

Tous les Pas qui fe font fans tourner ou qui tournent un tour entier 
on tiendra le Livre avec les deux mains par les deux cotez , mais quand 
il faudra tourner un quart de tour , un demy tour , ou trois quarts de 
tour , il fera neceflaire de prendre plus de précaution , attendu qu'il efi; 
difficile de tourner fans que le Livre tourne aulTi, ce qu'il faut abfolu- 
ment éviter , car fi le Livre fort de fa fcituation , il fera impoflible de con- 
noître les pas qui feront écrits ; c'cft à quoy j'ay tâché de remédier , en 
donnant les Règles fuivantes. 

Après avoir remarqué le tournant &: de quel côté il tourne , comme 
par exemple , un quart de tour à droit , on portera la main gauche au 
Livre à la partie la plus oppofîte de foy » & la droite à la partie la plus 
proche : les mains étant ainfî préparées on tournera le quart de tour , en 
rapprochant la main gauche de foy , tandis que la droite s'en éloignera , en 
forte qu'elles fe trouvent toutes deux devant foy également avancées te- 
nant toujours le Livre par les mêmes endroits, &: on trouvera qu'on aura 
tourné ledit quart de tour , fans que le Livre ait changé fa fcituation. 

On fe fervira de la même Règle pour le demy tour , j'ajoute feule- 
ment que la main mife à la partie du Livre la plus oppofîte de foy doit 
s'en approcher tout à fait , tandis que l'autre s'en éloignera. 

Pour tourn^sr trois quarts de tour à droit , il faut croifer les mains plus 
qu'on n'a fait au demy tour , en forte que la main gauche tienne le haut 
du côté que naturellement devroit tenir la droite fi on ne tournoit points 
& que la droite tienne le bas du côté que devroit tenir la gauche ; les 
mains étant ainfi préparées -on tournera les trois quarts de tour, ainfi 
qu'on a fait le demy tour. 



L A D A NC E. 5^ 

On Ce fervlra des mêmes Règles pour tourner à gauche , obfervanc 
qu'au lieu de porter la main gauche à la partie du Livre la plus opposée 
de foy , comme on a fait , on y portera la droite , Se on remarquera 
pour règle générale , que pour tourner à droit , on éloigne aupara- 
vant la main gauche , èc pour tourner à gauche on éloigne la main droite. 

De la manière qu'on doit fe prendre pour marcher par l'écriture, 

PRemîeremcnt il faut chercher le commencement du chemin , afin 
de connoître devant quelle partie de la Salle le corps doit être 
avant de dancer, comme il a été enfeigné à la page 3. en parlant de la 
Prefence du Corps ; enfuitevoir s'il y a une Pofîtion comme il fe trouve 
dans les Exemples fuivans , & s'y placer , puis voir quel pas fe trouve le 
plus proche de ladite Pofîtion , & on trouvera que c'eft celuy où il y a 
numéro i. &: l'ayant marché , voir encore lequel eft le plus proche de 
celuy que l'on a marché i ôc on trouvera que c'eft celuy où il y a nu- 
méro 2,. enfuite marcher, numéro 3. enfuite numéro 4. Sec. éc conti- 
nuer ainfi, obfervant cxaâement de prendre le Pas qui fe trouvera le 
plus proche de l'endroit où on eft , & fuivre toujours la même Règle, 
tant en avant , en arrière , à côté , qu'en rond. 

EXEMPLE Si 



trcher en rond. 




W 



\ 






Marcher de coté. 




36 L^ART DE DECRIRE 

Pour conno'ître les Pas ^les demy Poftions c^ui feront dh fied droiff 
d'anjec ceux du ped gauche. 

TOute ligne ou chemin fur lequel on marche, tant en avant qu'en 
arrière , doit être confideré en ces deux cotez ,. fçavoir le côté droit 
marqué D , & le côté gauche marqué G. 

Les Pas & lés demy Pofitions qui fe trouveront du côté droit feront 
du pied droit , &c ceux qui fe trouveront du côté gauche feront du pied 
gauche , comme on verra dans les Marches fuivantes , où je donne en- 
core à chaque Pas &: demy Pofition\les mêmes lettres d é^ g, afin de 
les mieux rcconnoître. 

Outre les lettres d &: g on peut encore reconnoitre les Pas &: les demy 
PofitioTxS du pied droit d'avec ceux du pied gauche, en remarquant de 
quel coté les pointes des pieds font tournées. 

Le pied qui fera tourné en dehors vers le côté droit fera le pied droit , 
& celuy qui fera tourné en dehors vers le côté gauche , fera le pied gauche. 

Tous'lcs differens Chemins fur lefquels on peut marcher , tant en avant 
qu'en arrière fe connoitront par ce qui fuit , fçavoir 

Le Chemin marqué A fera pour aller en avant vis- a vis le haut de là 
Salle. 

Le Chemin B fera pour reculer vÏJ-à-vis le fc^s delà Salle. 

Le Chemin C fera pour aller en avant vis-à-vis le bas de la Salle. 

Le Chemin E fera pour reculer vis-à-vis le haut de la Salle. 

Le Chemin F fera pour aller en avant vis-à-vis le côté droit delà Salle. 

Le Chemin H fera pour reculer vis-à-vis le côté gauche de la Salle. 

Le Chemin I fera pour aller en avant vis-à-vis le côté gauche de la Salle. 

Le Chemin K fera pour reculer vis-à-vis le côté droit de la Salle. 

Les Chemins L feront pour aller en avant en rond, &; les Chemins 
M feront pour reculer en rond. 



Exemples 



LA Dan ce J7 

3:xic^mpw des drfjereJite^ r/iarcÂeJ' ^tLclûiipait— 
ntir^fan/ren avant a tt en arrïAr(L . 




3« L'ART DE D E' C Pv I R E 

Pour connaître dans les Marches de coté les Pas & les demy Pojitions 
qmjeront du pied de devant , d'avec ceux dn pied de derrière. 

TOute ligne ou chemin fur lequel on marche de côté doit être 
confideré auffi en ces deux cotez , fçavoir le côté de dcfl'us marqué 
X , &: le cote de deflbus marqué Y. 

Les Pas &: les demy Pofitions , qui fc trouveront au côté de deflus , 
feront du pied de devant , &: ceux qui fe trouveront au côté de defTous, 
feront du pied de derrière. 

Tous les differens Chemins fur lefquels on peut marcher de côté , fc 
connoîrront par ce qui fuit , fçavoir 

Les Chemins marquez N feront pour aller à droit en montant vers le 
haut de la Salle étant vis-à-vis le côté gauche. 

Les Chemins O feront pour aller à gauche en dcfcendantvers le bas de 
la Salle, étant aufli vis-à-vis le côté gauche. 

Les Chemins F feront pour aller à droit vers le côté droit de la Salle , 
étant vis-à-vis le haut. 

Les Chemins Q_feroiît pour aller à gauche vers le côté gauche de la 
Salle étant vis-à-vis le haut. 

Les Chemins R feront pour aller en rond à droit, commençant vis- 
à-vis le haut de la Salle. 

Les Chemins S feront pour aller en rond à gauche commençant vis- 
à-vis le haut de la Salle. 

Les Chemins T feront pour aller en rond à gauche , commençant 
vis-à-vis le bas de la Salle. 

Les Chemins V feront pour aller en rond à droit , commençant vis- 
à-vis le bas de la Salle. 



JBhceympies cLcj- difrtrcJibzj- marchés 
auz. Laiz peictjair^ de cote, . 



30 





^S 






■^ 



^ 



^ 
>" 



^-#^1 P^^â7-^=^ 




f~ ^^i^^ i ^^=^0- 








LA 



=^ '=^ 



o-> ^ 




I^AUT Bï DUCILaŒ. 

Js^e K^cmtre. pied des marck&s de. cxrhi pri^^^eJj^Mt&S' 









LA D A N C E. 



4i 



pour faire 'voir de la manière que les Pas fe croifent les uns 
avec les autres. 

LE Pas qui commencera du pied de demere pour fe rendre à cote 
de l'autre pied , doit commencer au côté de defîbus de la ligne , & 
remonter obliquement au côté de deil'ous d'icelle , comme le montre le 
Pas fuivant où il y a numéro i. 

Marcher le pied droit » côté. Marcher le pied gauche à cîté. 



1==^ 



J- 



^O" 



Le Pas que l'on veut croifer par derrière le pied qui vient de marcher 
doit commencer au côté de defllis de la ligiie , & defcendre obliquement 
au côté de deflous d'icelle , en croifant le Pas précèdent icy rapporté , 
que Ton reconnoîtra encore par iiumero i. &: celuy qui le croife fe con- 
noîtra par numéro i. 

Marcher le pied droit à côté ^ croiser Marcher le pied gauche à côté O" croifer 

le gciuehe par derrière. le dreit par derrière. 



X -^ ï 

Le Pas qui commencera du pied de devant pour fe rendre à côté 
de l'autre pied , doit commencer au côté de defTus de la ligne , & defcen- 
dre obliquement au côté de defTous, comme le montre le Pas fuivant., 
où il y a encore numéro i. 

Marcher Is fied droit a cote. , Marcher le pied gauche à coté. 

Le Pas que l'on veut croifer par devant le pied qui vient d'être mar- 
ché , doit commencer au coté de defl'us de la ligne &C remonter oblique- 
ment au côté de deflus d'icelle , en croifant le Pas précèdent icy rap- 
porté , que l'on reconnoîtra encore par numéro i , & celuy qui le croile 
fe connoîtra par numéro z. 

Marcher le pied droit à eôté (^ croifer 
le gauche par devant. 



Marcher le pied gauche à côté ©> croifer 
le droit pur devant. 



4-i ' L ' A Pv T DE D E' C R I R E 

Pour revenir fur un Chemin fur lequel on mroit âèj.(^ marché. 

PA.r exemple , fi l'on avoit marché du bas de la Salle en haut , & 
qu'on voulût revenir fur le même Chemin , comme le Chemin mar- 
qué A , on tranfporteroic la hgne fur laquelle on veut revenir d'un côté 
oa d'un autre félon que l'on trouvera plus commode , comme la ligne 
marquée B, qui fera fuppofée être la même que la précédente. 

Ces deux lignes feront jointes cnfcmble par mie autre ligne pon£tuèe 
marquée C, qui ne fervira que pour conduir,e la veyë 4e l'une à l'autre ^ 
.comme de la ligne A à la ligne B. 



îien fera la même chofelorfquc l'on voudra maixîaer plufieurs fois fuî 
un même cercle , comme le cercle marqué D , autour duquel feront dé- 
crits autant d'autres cercles qu'il en fera neceflaire, comme par exemple 
ks cercles E ôi F qui feront fuppofez, être fur le même Chemin que le 
cercle D. 




LA D A N C E. 



43 



Pour connoijire la Portion de chaque Pas. 

Î'Aurois pu marquer la Pofition à la fin de chaque Pas en laquelle 
ils doivent fe terminer , mais comme cela auroit caufé un grand em- 
barras , je me difpcnferay de ne les marquer aux Pas aflcmblez &: emboet- 
tezj&; quand aux autres pas , tant en avant , en arrière, a. coté , que croifez , 
on en Gonnoiftra facilement la Poficion fans qu'elle y foit marquée , en 
obfervant ce qui fuir. 

Les Pas qui marcheront en avant & en arrière feront pris pour être 
à la quatrième Pofition. 

Les Pas qui marcheront droit en s'ouvrant à côté feront pris pour 
être à la deuxième Pofition , &; les Pas qui croiferont , foit par devant ou 
par derrière, feront pris pour la cinquième Pofition. 



E X E M P L E S. 



Mar/her k la quatrième Ta- Marcher à la cinquième Pofition Marcher à la cinquième Pofitim 
fition 0> enfiiite à la deuxième, (^ enfuite à la deuxième. 



\ 



< 



XTy 



\ 



Y 



i y 




^ enfuite à la quatrième. 






Marcher à la cinquième Pofition 
Ç^ enfuite à la deuxième. 



Mxreherà la deuxième Pofition 
O' enfuite à la cinquième. 



Marcher à la deuxième Pofition 
(^ enfuite à la cinquième^ 




S'il arrivoit pourtant que quelqu'un des Pas cy-defTus dût fe terminer 
fur les deux pieds , comme il arrive fouvent en élevant & en fautant , 
pour lors on feroit obligé d'y marquer la Pofition , fans quoy on ne con- 
noîtroit pas que le levé ny le faut feroit fur les deux pieds , c'eft pour- 
quoy en démontrant les Pofitions aux Pas affemblez & emboettez , j'y 
joindray encore ceux cy-deflus, aufquels je marqueray auiÏÏ leurs Pofi- 
tions, pour s'en fervir au befoin. 

E iij 



44 L'ART DE DFC R I R E 

De U manière que les Pas fe terminent dans les Pojîtionsl 

QUand un Pas fe termine dans une Pofition , il ne doit point avoir 
de pied à Ton extrémité , parce que la demie Pofition à laquelle il 
elt joint, luy en fert. 

EXEMPLES. 

Tin à lu pre- Fas à la prc- Pas a la troi- Fus a la ttoi~ Fus à la trot- Fus à la troi- 
miere Poftti»» tniere Pofition - fiéme Pofition fiéme Pofition fiémt Pofition fiéme Ptfition 




en arrière. 



deunnt. 

1 
1 






derrière. 



V. / 



\ 



'i^^ 
1 



Tas élevé fur Fas fauté fier 

les deux pieds les deux pieds 

à la deuxième à la deuxième 

l'ofitioti. Pofition . 



X 



/• 



xr 



^: 



Fas élevé fur 
les deux pieds 
h la quatriè- 
me Pofition. 



;t 



V V 



Pas fauté fur 
les deux pieds 
à la quatrié- 
me Pofition. 

■^/ 
\f 



\ 



r 



Pas élevé fur Pas fauté fur 
les deux pieds les deux pieds 
à la cinquié- à la cinquiè- 
me Pofition. me Fefitio». 



.O^. 



V 






On pourra encore connoître la Pofition de chaque Pas en leur ajou- 
tant à chacun une demie Pofition , fçavoir , la reprefentation du pied 
qui eft à l'extrémité du Pas , pallera en cette oecafion pour une demie Po- 
rtion ^ &: la demie Pofition jointe avec,feront enfemble la Pofition entière. 

EXEMPLES, 

Tas aJfemUé. ^fS' emhoettê. 




L A D A N C E. 4i 

On fe fervira de la mcme Règle pour les Pas battus , fçavoir que la 
demy Pofition reprefente le pied èontre lequel l'autre vient battre , &: 
par là on voit quand le battement fe fait tant fur le cou du pied , der- 
rière le talon , contre la cheville , qu'à côté. 



Pas hattufur 
le (OU de pied . 



ïr 



i 



E XE M P LES. 



Vas b.xtta der- 
rière le talcn. 



I 



Pas battu fur 
le cou de pied 
(^ le marcher 
derrière. 



3; 



Pets battu der- 
rière ^ de- 
vant. 



Pas bttttu def- 
fus C^ dejfeus. 



Pas battu 

qu.ttre fois 
dejfiis ér" ^ff" 
feus. 




Tas battu 

Pas battu con- quatre fois Pas battu h Pas battu à Pas battu « 

tre lu cheville contre lâche- Pas battu h côté allant en côté deux fois côté deux fois 

du pied. ville ^ der- côté allant ea arrière, allant en a,- allant en arm 

ricre le talon. avant. vant. riere. 



tr 







^2 
P 



On remarquera que quand deux Pas fe terminent tous deux dans une 
même Pofidon, que le premier doit marcher fans avoir égard à la Po- 
fition , non plus que s'il n'y en avoir point , & que ce n'eft que le der- 
nier marché qui doit obferver ladite Pofition , comme le démontre les 
Exemples fuivans. 



Marcher le pied droit en avant 
(5" affembler le gauche. 



Marcher le pied droit en avant 
Q> embo'étter le gauche derrière. 



I 






y 



4^ 



L'ART DE DE'CRIRE 



Dti Pasjtmple & du Pas compose. 

TOus les Pas peuvent être ou fîmples ou compofez. 
J'appelle Pas fimple loifqu'un Pas eft feul , comme font tous 
ceux qui ont été démontrez cy- devant , & Pas compofez font comme 
quand deux ou plufîeurs font joints enfemble , par une liaifon , qui pour 
lors ne font plus reputez que pour feul , ainfi que le démontrent les Pas 
fuivans. 



i 



ï 





f 

i 

-tr 



Pour pratiquer plus facilement tout ce qui a été enfeîgné &C démontré 
cy-devant, on fe fervira des Tables fuivantcs , où on trouvera la plus 
grande partie des Pas qui font en ufage dans la Dance , tant d'un pied 
que de l'autre , foit en avant 5 en arrière , de côté , qu'en tournant , foit 
fur lignes droites que fur lignes diamétrales, fçavoir la Table des Pas 
de Courante, la Table des demy Coupez ^ la Table des Coupez, la Ta- 
ble des Pas de Bourrée ou Fleurets , la Table des Jettez , la Table des 
Contretemps, la Table des Chaflez,la Table des Pas de SifTonnes, la 
-Table des Pirouettez , la Table des CabrioUes &: la Table des Entrechats, 

On remarquera que chaque quarré ne contient qu'un Pas , qu'on a 
écrit deux fois , afin de faire voir que ce qui fe fait d'un pied fe peut 
faire de l'autre , dont celuy qui eft à gauche fe fait du pied gauche^ Sc 
celuy qui eft à droit fe fait du pied droit. 

On remarquera auffi que dans chaque quarré il y a en écrit l'explica- 
cation du Pas qui y eft contenu. 



4-7 



TABLES 

OU foTLtr 
LA PLUS GRANDE PARTIE DES PAS 

QUI lont en viae:e dans la Dance. 



'ahij^ à es tenié oe^ y^(rnrcbnt& 

et (Les pcLs de GaïUcLTae . 



i 



t&ms de, Couranky 
ùi- avOLiib 






a^ulre. , 



-&■ 



X 






de cote- axiAj~e.rt. 



Croure^pwr dtruanir 



'^"^ 



^ 



./- 



^ 



aiûTt,, 



^ 



V 



wy 






- Crozse-pqj' deva. 
en- tou.rn.a.rhh. 



/ 



N, 



y 



4-8 



Tctblej des tejîis dz CoiircbrUt. 



"^ ouvcrbcLcotz- 

etv toTxrrvcLrtt . 



SI 



cjz œvojit . en tourna rit. 



:^^ 



aiLtre,, 



aiiirc 



7-^ 



-Wrtry-^^^, 



7^ ^^t — ^"^ 



^ 



^ 



^tV 



ic niznvi 






"^ 






Y 



"^ 



/ cuctre. . > 



V 



/^itj- tj^e QaillarcLe^. 



vMj^^ 



>, autre.. ^^ 



T 



y 



■^ £72 avaitir ^ 
eiv tournant. 



^ 






^c 



toivriia-ixb . 



i. 



rr 



^> 



^^'^fV^ 



& 



î\ 



i^ 



(5^ 



^L) 



Table des deniy Coupes . 



derny Coupe. 
e.n. à/vant. 









V 



I 



ert arrière' 



1 



Y, 



auxj&rb- 
-vz. cj-Trierc 



? 



^ 



Ze même . 



\ ^\ '^^_i. 



^Zï^ 



•^^^ 



N> 



^'' 



•xr-nroncLctz 
Cf c mb e^pardeiv cvtit 



/ 



^ 
> 



T 



J^ fTzrond dejarn; "^ 






aiUrc ■ 



autre. . 



crotj'e. par de/vanb. 



XP 



7^ 



-^ 



^XJ\ 









$o 



TcLbie. des cLeyrrvy Corcpes 



autre 



^H^=^ ^=-^ 



'i^ 



'XT 



/e- mAme., 



C ^? 






crcnje- par dermerQ. 

^>^v^^ ^^y^ 



47 






^:. 



^' ^rt ava/iir et\^ 

aj'se''nblÀ sur ' 
^ej ie.UAX.po tubes 



-<5- 



N. 



/ 



^ 



'1*^ zriojriere- -^>>. 
(xss e'"^bL& sur j 
^ deWJcpovitej \ 



\¥ 



s: 



e^t avant. et 



^. 



r 



T 



2à_ am&re c^N> 
ambo'éttz . 



en avant, et' 
assartibli du. 
\s econxt en. idir 



^ 



y an, arrt&re et ^ 
7 I asseinbl/cLu 2^f 
<^n càir . 



\i 



t 



en. avœzt^ ec 
eftiboèJte du. 
.a-f en. l'Ciir . 



.-Vr 



% y 

' ""^^tî/zr arrière., et ^ , 

. ti/iibaaite. du. 

3 1 ô'i l'O.ir . 



TcLole. des dj^nv\/ Ccmpes. 



Ô-L. 



a. côte o-ux>e^b et eus - 
.jumbh' du second cTi tâxr 



i4^ ^/,~n^ 



autre 



^. 



-^^^ \,^:±-^ 



autre. 



autre. 



^ ^>>-^SV 



^<r^±^ ^ér^sV 



autre, . 



V^^^izW^ Vi^^x 



L 



autre^^ d.onilz, d^ernier 
edt e,Tnh o e.tté de,TrieT^ . 



n: 



oatu, derrière 



/ 



\ 



le, nie,m£. 



-^ 



\ 



^ 



b ahi SUT h. coiL 
dupiéd.et ert 
avant ■ 



I 



N? 



^ 



4 



^ 



r^ïn/ 



\ 



b aiiL a. co te 

et onvert . 



/ 



N 



X 



V 



/ 



o le, me^me, ■ N) 



"V 



/ 



^^ 



icLuœ aes CLtrrvy ujupes 






i attester le cou 
diJupùid, eJrotivert. 






"7> 

•1 TT 



L^itizrrte^ 






N, 






/ 



I 



¥ 



ozcv erc CL Co te. 
en tvurnant ■ 









IX 



Z 



^ 



Le tnenve. 



> 

^ 



W 






CLutre, 






Y auh-e, . 



? 



l<t niATTiZ, 



JjJ-r^^ 



y^^ 



en. avant ,en txmrnani. 



^IT^^'^^ 



-^^^^^ 



ro^f 



TabL^ des di^my Coupes 



tn atmrt <ni tvurtiantr. 



^>^ 



^ 



ç 



en cruvranh 
enboTimant.' 



1 

\ 



7. 



"^ 



^ 



erv avant 
^ az tozLTTiant 



ouvc-rtr-en. tournant . 



T^ 



>. 



le 



<r 






hatu^yrle. ccru, 
dxtpiiji en. toxiT -' 
tiartt, etouvert 
, a. coti. . 






I 



</ 



Y 



Y 



( 



batu dzrriere^ \ 
en byrirnant \i 






autre. 



\ 



y 



\^ ouvert a. cote. 



">, 



f 



en. Ivurnant. 



iiLmemvc. 



TJ 



\ 



TJ 



^ 



" en. avant "Ni 
en bnirnant 



XT 



y 



$^ 



U ahlx des Caup 



es 



n; 



CoTzpe, 
en, a/voJtt 



y 



en. avant 
\ le z? ouv&rtr 




_j en avant \_ /' ) 
la/y^roTLcL en. dedaiùs, m 

- i 

Tir 



n: 



''^ oivvert 'V^^^ 

M \ second ouvert 
\s en, d&rLovs ■ 



Y 



'') 



' f'ozivertan,arri^rre\ , 




Y 



e^/? ,2?Jait irn, ^ 
rond, dL^Jambef ^ 

cuvant. ^J^ 



d 



eii av OJit et le S2/ .^ 
jifa derrière et ou 
^r&par devant eti 

*£aitvn rond de 

iavihe, . 



1 



. en. ^vaittettt 
haiu. derrière.. 








y» ' 'y ouvert en ar -^ 
\ / / Dabi. <ieiv<uit . \\. 



Table (Les Caicpts . 



./3' 




le imirie- 



jex.ondbaiu. d&r- > 



en ai~ier& . 



^. 



;p" 



derrière . >r 



7e; 



^; 



<î7i artère, etle^o-ecaiid 
emh'tXitd derrière- . 



> 



?'-^ (^-^- 



^=C5' 




Le^m^atie^ 





lé trtérrve-. 




\J 



N, 



V 



N> 



^l^ derrière. X^" 



<^ 



</ 



I J>' Çi^oiAfepar der- ■ s 
~ riere,C^^fe-p^n(t^i 
p-wj ttrt£Lcpte- . • 





V 



rond pard^juaiik 
pour crqxj-c^i en^ 




"V-y 





'(rond eJi àrterc. v ' 
^ et-ie- xT ccpruL oj- » 
j-emSCe . 




¥ 



^lilfe en avantr \ 




y6- 



Tahî& des Carvp es 



y/emi cette. J-evanir \^ 
eta/ùrj-e'/^J'ejWTid 
en. arrière . 



oïLvert a. cote., ec crouf ca' 
Iz fécond pf' devant. 



autre, oxivertra. cote,, etrcroure 
par derrière . 



S^=^^^:^4^^ 



iruUre, ouvert a cote etL^JeconJ, 
s'ouvre en alanJrderri^re. . 



^f^ autre^ ouvert^ 

, CL n-ot^, ene. 2.? '*T~^ ^^ 

À^ pcu\fe par devartt \ 

/ ^pffurj- ouvrir en «-^ 

"^ de. hxrrs , \__i/ 



le ni^nve. ^Y~^^ 



ûuverh brus i&s deuxc. 



L& rrhiiTLe- 



Ti7 




Croue- par derrcerc, etùjejuind 
ouvertrcLcotz. 



CrOhse.par dev aiiC;^ eirde. 
Sexflïid ouvertacote . 



- o-^ -^-TT 



^ 



T j\ . * '^ V " 



>^^-* .^T T 



autre croîs epar deis.fuii.etrie- 
second ouvertra. cote. . 



^>^7^^ 



-^ 




Crouse, pur <£errteriy aUantrde. 
coiÀ-yetiz-fec/nui (niVerta. cote , 



-N. 



Y^-^S" 



^ 



r 



i^ ment^ . 







— ?^ 



Crcn,re par cLerrure-.e^de.JecoitA- 
cruoeritfo cots;etttorhiuuvt . 



iTuverta. cote,, e.titje./urncL 
crox.se, par cLe^rLcre,. 



cncv ertr a. c-otz^ eirle 
1. Croî^i par (Leuanir- 



^• ^<^,.x^ 



l2f ojJemhlè-, 



, d ^« arrière, etif 
second, aj\f-emhie. 



\\ 



Tir 



\fi/urrui Rmhdittz, j /l 
iierrie.rA- \, 1 

y 



oi.L-v^f't a,c,otz,, 
ctie fecan d. aj-j- emh Le. . 



oMtre^ oij.ve.rt a. cMtt, etLe-fe^iona, 



cLyd'enwL& , 



'N^t^>T ) u-^':$>/ 



o-uverta. cote., etle.j ecvnd 
en^hceth derrière.. 



(ruvertcL cvie, e.tie,&etond 
einbr^è, devant. 



TahLe des Caiipes 



Cr oi,S't2. par douant alio/ntr de cobe.j 
ethJtcOTid assemble.- 



cuitre- . 



^^r^s^ ^ » tr\y^ 



-a- 



Croise- •var dernere aUaubde colz.^ 
ecle second affembli. . 

J 



attire. 



^ 



.-jz>^' : >fe::^^/ 



^>VCZ>^ Ss3^_,,î-4^ 



hahi dessous^ 
xetiatiL desstÀ^. 







le 




\ 



'^ 



, J è ahi dz-fsotL.f, 
feirle.s&cipfid Qirvl 



Y 



T 



5 ,' '^r 



Ze; 



ro^ 





N> 



ÏT 



\' 



^. 






le 2 ? ô/i avant \ sft 



/ 



TJ- 






Za TTLeme . 



^Wt 



A 



^ 



:XT 




, 'haiitktotcuertd 

j>aj-separ devaiitr \ 
• -pour s'ouvre 
y^ en. dehii 






uvrvv ■ \ 



N ^ 



Table des ' Coup es 



59 



babtj'url&cûzi^ 
ou-vfe a. cobi^ 



\ 



/ 



> 



^ 



■V 



7 



"^ 



N^=^/ Ia 



Ze tmmjt. 



^^ 



/ 



1 Crozj'e'jia.rde.uanA 

y \ qtiart du kur,^ et \ 
Jj le.Ox ouvert CL co tè , 

V 
xr 



\ 



I tn bûurruçnttt 
I Zê a .^ crcrij e 
«a.r de.va.rvb. 



\ 



/ 



Ouvert de, ijobi 
\ en humant, i± 

laiÙStCLCOti.. 



X 
xr 



xt4- 



le merm 



\ 



AT 



l&7mme 



^ 




OzcvtTta. cott. 



y OUVtTtcLCOt^ y< 
^'enlou rjta.Tit,e.b Iz. ^ , 
j-^cond Croire. j>ar 
' de.rrurt. . 



.>f ouveroO-cocs. en. ^^ 
yîoitrruaitetle.. N^^ 
j-tconi cTûïJz. 
par cLzva.nt . 



PzL-v&rt CL tatz, ""v, 
tn. toicrnani^etc 
Icj-^cancL croz.'f 

\sd.j' cW de-vcnb. 



XT 



xr 



œub-e, ouvert a p,^ 
V cote, eivtoarnaiib^ 
^ e,tl&Jecûnd. croi- 
j'^'par derritre,\ 



~SP~ 



XT , :Ç^ 

> ie premier oïl- ^j 
^ z>e.rtacot£ en. o--' 
'^hoxi/rnarLt,Zt'Le. t 
\r econcL OU.V ^r t' y 
aiuiôïci cote. 



6o 



le mj'jnvt. ( 



u, 



^ 



\ 



^ 



en œvarhtztren- toicrtutnir. 



autre, ctl œijant eàurLboiATnoAttr. 



rv^^^^;izS 



- ^^'^/T T TT^ 



J^T?^^^ 



■fécond. affsTrtble^. 



œutre en. œv arUr,. erv boiiTruirit elrli. 
secoTLcL curj-eTtiblè-. 



eiv avant entoiATruint; etdz- 
secoTi^ tn-Lbcè.Ox,dj;rricre. 



en. avanJ:r eJren-timrrutnl^ 



^ 



-V 



CrotsefOr dRrrusr e., Jin tournant 
eirle jexond. en- cwatiir. 



(uv CLv aiit; et etiîoiirifiatvt . 



"P ^ir^L^ 



2r^^^> 



Cr oiif e. -p av (ie.rrvtre en, touTnant 
eirle jeconxL en. avant. 



en ariere, e^r&n byicrnartb. 



TJ- 



/ 



^^^=^ 



> 



TcbbLc des Cawpe's 



autre, en arrière, eten-tournant-: 



JN 



^"/ ?o!r 



<V.^ 



en. b-j ii.rnant;dainy 
tour, etlej'ecand 
oxLViirtrf,n, 
hor,f . 



^7- 









r 



toTtrne. £JrU 
second m arrière.. 



\ tourne, oJrLi. 2^. 
ert avants- 



y autte, tourne- et ^s^ 
K. le fécond in avattt.% 




totirrLt.e,n. ouvra.rLt\^ 
etre-n- croLiaMty 
par derrière! f^_^ 
eti£.J'<tc.ond- \^ • 
oivuertren. de^^^ 
hor^ , / 



Olive rira, cxrtii etv tatirnxLntr.eJrU^ 
fécond aiu-ji onve.rl7 11, coix. . 




t^ m^nLA. 





ie. nr<'.ni< 




«OT.Iv e-rt: CL. /Co-te. 
[en. ta ILTIKUlt; CL. 
\pr&s (ix>otr h 
*o-ttr te cov du-, 
J^Led-, sk Le. ,r ec-on^ 
' au/ifi/ oitv ertro- 
cote. ■ 



-<T 




"O- 



T 



y 



autre. on.vcrha W/ 
{'cote. en. h>vrnané-\ 

o,pre-r aiiorr hatlt 

yfiir Le coti du 
j p icd , et h .s e^u>nd. , 
\.croc.sefjai' derruj\.'\ 



batte derrce-re e.ei^ 
\ to urn-a nb ein.-e. 

"ecoTuL embcet 

cLtrri-ere.- . 



6i 



Ta h /e des Coup es 



T 



9 



N. 



ye.n tvur7h. ebl& 
S&concL ûxaieTt^ 
"1 acotd 




Uroï^e- par dc^anten, ioumanb 
i'tr'U Jaconxt ou^'^^b cicotd 



/ enauankert 
tournant 



'-^^ 



>>. 



r 






N, 



}( Croise^ -par de- 
> 'v cLTit e/z to um.t 



T 



'.< 




t 



T 



â) , <fe 



N 



■o 



</ 



\ Aç^uarédn tour, p-^ c 
^>— * j ouiMiteTida-K *—^ 



X 




a^ autre, ^n, 
nantvnlnur. 



xr 




/ 



acoie' enloumantctld fécond -vairacr 
Titre al tourna-nt aic^i/ riiàj S ouurô 



N 



Xr 



/iouniQ- -vft^ 
tour,etU<S'&' 

coud iTOUTlT^:, 

dcbtL 



"cr 






/ 



63 



Tahle^ des Pas de B ourec^ oil Fleurets 



\ 



an avxmh. 



i 



i 



.^ 



272, ar7~tare 







^' ■oic-ver'bîx.c.ojxi. > 




-r- 



. cLrmre , ^ ^ 



\ 



;i^ ai-rtcre,, le X 

) delflur,^ tir. 
' e.rnJb6 èHa. 

ckj^r^izre, tb Ze 
dernitr ut auanh 



V 



n: 



Zc rriarm. 



t 



/ 



^D' 



Z?-r dzujc -p ■ 
crtarricref- Mè^ 
.yf erLŒucLrit: 





mam-te. 



/ Lapr'emicr^ 
en, arT-i&T'4?j la. 
j'Z.aoTLcL ctliarn, 

t rv a.iy an. t. 




■^^ 




64^ 



-L Uf-^y Ky\^ yjLA^^O 



r 



11 



X7 



I 



yA.y>J \A^\-y J-^ y^ ML// \^\^ 



ij^cmicr' J'ouvre ^ 
iJroil-a cvtt- 








./ 










r 






u 



TTLC rrvz.. 



^^^^^^^"^^ 



^"4ar ccuir-E, crvarriçrdS^ 
> I y el-le dernier croirt'-^ », 





^>^1^ H^J:^^ 



^7<i -prenûzi^ FaitLfV^jy 
>f/rû?7ci d cota an tf 
rnar-clzanl-iin T> . 

can~i&rre.,leurecart<J. ^ 

troi^iclsmc 



autr e de c oie. > 



^rond par de 
'VcuxtrrLOr chc ^ y 

a.rrarrc lu J'e.CondC « 
-.mboë.Iie.djirrtzrr^'^ ' 
d'ieirau^esmn 
un anarilr 



de co te. 



=^=z^t?5t:^^^ 







Talle des pas de Bowree.. 



6 'j 






i 



la. 






V 









Xr- ^ar 



-pcurd2.rrT2.-re- allant do. coht. 



o^ 



^ 



jrsi>^ 



par'—deJSii'C-Culan.i- du co h. 



aivire/p ar dwpu^r, TcJjxi^jlrdarrao-te. 



lc.r>. croise dji'vank, 
uLWe.co-ndLotwej'tr^ 

'ai?otzz.bIe 




deSnir etaejious' aJLuûrdt-CO tz 



J 



^ S r>^ V-"<5^;>-^ 



7 ■^ 

X /d -mt:r\ 





{ 






ooj'" clzjjcru.x allaxLtde. c^oùl. 



T T^-^^g^H. zi^S:?^^ 



J:: 



^ 



r 



f 







^^ 



c/e /J auJ'' z.iidz4J'-ti J' alLa-''-iJr cLl. co te 



66 



TabLe dcj- Tcuy cieBouyre^. 



or Le rrzcme. 

V 



T 






o^ 






-pan céavànir, ei-ctt ■tr-o-Lrt.ctne' o-uMCrtr 



erv cna/rani-a'colé,(itlc. 3 ^ enibaelte. 



i^xt^"^*^ 



emh o olfcder'miïT% y 
\ei7Ul, ^en^aiUlrvi; 



rlc^j. "^puuentr (Léo fe', b, n. ^ ajietrvblc', e-cr 



N. 



-^^fev^ ^-a - ^^,;gy^~ 



«-/• ouvert cLcotsM tfà aona. 
lOTLbo'Hiii.d&T^r'vre , ettâ. 3. * 
n, au£tn&. 




le, /^^ crowe 'par' dcu ant, le^ -rscoTui 
iZKfenAl&. eblc- 3- cro-ipéf 'pa.t~ da-uanlr 



le/. civu-e'pcLr' de.r'r'-i.cr-ej. Le j'ùccmdL 
-nfirenible', &à-le. ^ f cr-crura. p a;n 



- d^/V:^^^ 



la it^ cfoisâ- p ap dtuanlyh ^çe,on 
onàmbTé. etlc 3,, ouixtré-ccco te 



h h croie e par' Jerrùre: k 
•reconda-f-fernblcj et le '^■'^uu.e.rtrizcotc.. 



le p. i OjIlo d efl -Ozur, 

' hSE'Condbaiu ^ 

'idejfiij-, etLc j f 
\eiv avant-. 



Table des Taj dj^ Boturex^ . 



67 



Second, cnz&ûétt^ 
'3TV . atra.ntr. 



y 



y /■ 



\eJr/e 3 . emboéSâ 




/c/. -xnentplitfJur 
{•^/e cou duptzd.,^.^^ 
^ etsôuv: àcota,h 2. 

damer-ne 






N. 



xr 



</ 



XT 




S, 



, en- tenir ^a.nl-'yjrv / 

\ alla.ni-de.cote, ' \ 
' '1 pa.r' Jtjin-j- 



J 



/ cUjonj- ebdejiowî } 
\ whii/rnanljallarUr 
\dzc'oh'. \ 



■) 



I 



< 



/ 



-O" 






\ 



Icj. Ouv-zrf- a, ce le. 
Cr-oij-tpar- dt-- 
ouxr er-b deo te 



/ 



-o- 



lz.j> . cuverlr a. 
cola enfour^rvan/- 
^ /c a.' CToù-ehicrriàr] 

cblé, . 



t 



\ 



X 



en htima.ntl!./ ■ , êlr 
eila.3 ■ cinJjoelie. 





68 



Tahle des peu de^ Boivrcc 



en. av anir etr eru lourneuxi^ 



■7=5^^^^^ 



ï=;z 



auife en. a.ij a.riêr 3.êr erz iourma.nt'- 



^^^^:^ <^<^ 



ie^:n3-, .m.jjtf^cl'i^ cxi^ojLt ont err b^uma^nir. le- 



en. avant en, tozzmarth . 



^^5:^^%^^ 



T^ / ^^'^-s y 



'^^-^ 






eiir cLi/O./lt' eteri^ éiyzj:r^rt^£zrttr - 



xj, 



é^ 



^ë=%5j 



Le,p^paj~ derricri • c en.taurnanbyh- p. " 
^trmJ^'te:rn:e--aijtxiç.he: art, a.v a,rvt- 



en. ojrvere. etei^r^h)vi/^-nttrrctr 



^^^^^-^^^.^^^W^ç;:^^ 



^^=^ 



W^ 



■mr» e ■ s-rpio-tct^-nojz^- 



T^^A.^^^; .^S^-^ 



ifer^et an. - v j 




>. 



-^ 



~Cr 







3;r, 



e72<xr' <2?x: 



^^aé-em^ "XIJ 



ïoximartir 



le J . ernb o ktie 1 W 



ICLDVC CLCs pas ae^noiA.re^ 



p 



69 



an!S)CUtf-,et a 






I de. ho rj en ccrr 
' en-b ilt^iianiile. 
second oiiue.r'é 

^ loiima.rtt 
c/err-'ur>-e^e.h taj) 
enauant. 






Icprtmùr aiajertanfoumant,ltj-e.ccmd.ai^i 
attvert,itlt.lrot.mjine. errtbo itti der-riere^ • 




It mime 




1 





>. 



4 



u.p, bahc^rur le 
M erUounnajittt 

A oiLvtrta.ilX>k^ lu 

%Ji,corujL at4jn, 

yoitDtrtjst le, J> . 




cLjie. cU^J an 



~^y 




Ut>- batudirnzrt 

I lt,iaÀorL erLloiir"' 

\nani^liLS^(>,cOTid ! 

/ etnboe.p:iMmerej 

rar-oij-e var'dtxrojzl 



\ , ù. nitme. / 



le. p. b alwdtrrxtr. \ 
iTibnimant, y A 

I le troifi-e.j- me \| |^ 
otzver'tia.iUJ àc 



t 




ii; 



•-■^^^^ 



70. 



Table, des Tcus de^^ojtrùe. 



en. lournciitâ-cU.m2/ bufo.Ilani'ae cotii 



■/ ( T K \^j 



^li^S^TV^''^^^^ 



de cotii , defiuj d • de/lcuj- . 



p3r"Di 



/^-j^-^^X^" 



S 



y« 



e7U ctxj ani^ en. N. 
loumani d^rm/ 



'^ . 




-çr 



N. 



0^ ia.p . croij-e \. 

p ar dcv mit en. krur, 

uanlr, lej'econd.^ 

oux>erh dcoti c/"' 



"Cr 



\le.3'. aji cTTiilc/S- . 



/ 





crowa \^ 
ar de van. ' 
ett- iourn. 

adanide 

' dcj) 



X^/ 



S 



ardcvantr, 
crÛDur, 
allant 

décote. ^ 
de fou-! cL dadi otu 





X^ 



-^ 



^ iaar-izanl- J.auarf^ 
de. iour, le. 3.^ 
'e:mbl'i en. 




V"> 



limant- 
vn. çuar-tda. 
hur^etle 3': en. 
auanl- 




lap ."ouvert en lpuT7ianHm,demif tour, 
lej-econd vèidarrierra en,toumantraidiitfnde 
nn/ lour^pwj' J-ouv ■ àcole, atle d? cro is^ par 



^ 



TJ 




^P- 



yd&Jiuj-, et ' defioiw ^,^ 
'^ en,fo}u.7~norit-zirit)rur ^ 
entier . P%-\ 



>^^ 



te v^Crn. erot,re par dev ont en ■ lûurn.ani'v^ 
de trttfiaur, te. a.' faitrrtezinfu.ari-deiour, et 
h -fermer dfi emble entour?zanI-auiS-^'nvn 
'-^"^^S. -^ /tour. V r ,^~>. ^ 



"^ 



lapm. crvùe^ar de-vanlr <tn. lu urno-ntru/n d^ 
tra/ k>ZJ.r, te. d ' cartel toxtrr^eijtz ^i.i.artrde 
b>ttr,_a£ le ^7' dàitxira dcots.' i^ri b}pima.ni 
auf^n i/rj^^-quardc iour^ ri 



~K^ lipfesl-b''aiu dXJ~ 
dderrierre entour X' 
X I , nojthx'n. de nv/ lourt ' 
d le :^ lûumeimi^uaJi\ 

J .de^ioiir enouvrarti;Sr 

-- S Yfazliér demerà^ 7 (^ 
{^k hpuis ledji^ , 
N.— ^ sôuvredcote. 



I 



^ahl^ des u citées . 



T^ 



n; 



jett& en au. ont. 



/ 



>> 






en. armre.. 



} 



^ 



% 



*/ cniuert en. arric.-' ( 



V en. jrvhne. le.nîs ' > Y 



^ 






4- 



N. 



mid-antim. roiid 

par dsTjant , \J 
av-ant detsaukr\ 




^ 



^/ 




vil iv LU^ dd Jamb 
à. cota 




I hs dncp piid^ 
\ ass einbU'S. 



f Icd'dnix'p^iedj: 
i aJ'jouihlej-. 



en avant^^ur 
emboeèdJ'. 



Xy- 



* Sur lej'dziux- 
pied^f emhotHe- 



7% 



TahLe des. c/ctes 



ert (Lvaiit; dr 
. le. secoTtd. <uf - 
\j-errLhlt avt'ûif. 



^ > en, cvifiere, et-te ' ' 

<nv Lair . 



en- axiaiib eiric , ^ 
Second arthcàtte. 












otLVe.rlrcLcote.,ttricj-ex.oii.(L 
ossanbLe, ettlcLir . 



CLuire^ ortv ùrt cl cote., etie J econd 
ern-h cette d.erTie,r& . 



Crûx^& p ar devant; et ajjeriih Le 
cLuL j- e cou d, alLant- de cote , 



Le ni^Tivc- 



\. 



^^^^-^^v^^^^^^^^ 



Crou-?, par de.rmre,,etr(Lss ejnibLe, 
du jccond, alLaizt'dê, cobL . 



^7z- avarLtr&n loUrnriirLqiûixtd&tûur 
elde je.coiuL oaver'ten dc/ion- . 



TJ- 



^f^£—^^HW 



Croufe peu' derrtere. eittotufriaflt, 
elru^j't.conxL ouvert- ervd.é.kxirJ' . 



&TL ameri. etvtoia-nant, etHe, Q.^ 
oitv&rtr erv de/iot-j- . 



^ 





^ 



Tahlc d^s ^JeJrcs 



7J 



en foumcLtit deniy 
tour, eHe J'ccond 
.j-'ouvre en. a.f-_ 



^ 



(r en avant-, iti ^i 
(■ûurniuii-. 






J^ 



attiré 




-^i 



par derrière en. 
n tournant; et li 
^\ -j'econd JUver/r . 
en dihorj- 



N. 
^ 






oïLV^rta, cote, e/z. toarnajit, el-di 
iTeconA. ouvert- en dehory ■ 



XT , 



xPW- 



^5^^ 



Wkr 




ù e/L avanh en "Ns 
fo-ur?iatit-- 



V 




tn. tournant Ircnd quarts d^. bnu; 
elrle Jecond derrière- en. l'air , 



/<? r7H>7H£ 






^^ 






^j/ aiitre, dc>nt~\ 
Le J'eeorUl J'Ouvre 
en de fiorj , 



TJ- 




"V 



^ o ^/^, â>urnantvn\t 
T^^^l^eco/id ou. 



Xr , 



\ 



Vautre, donlrle ^-.^^ ^ 
■s econd ^ 'eirtb a étte.^ 
dem,er& 



\ 



"V 



-pieds en tour^ 
nant'vrttour . 




^ 



V 



7f 



Tablù des Ccmtrô-tByf7ipj . 



t5- 



Cbiib'a t&uvr 
en avant . 



/ 



en. ame-TEi 



b'aiu.clerrjOTe,\ 
etmarché en. 
avant . 



\ b'abi Sur le, 
^ •coiL dupied, 

/ 



marcf, 
ai>ant . 



If 




haiu sur Is cou 
du pie d, at le > ^c - 
cond bdhi 
derrière. . 



^ 





N I en amer a , et ^ 
* (la ,rccaiut (nMj&r^ , 



, enanjoirtjelh , )/ 
^^'fccond batderrieÇ^ / 
-,' poj^sc parde^ j 
v^eé ettjjuvraiit 
, •/jîzitvn leur de sJ 
1^ dclamé>a- . / 

"O- 



en ui'an/;rroue , 
\^'Iej-ecûnd 
b dhi.derricr,. i 



Y/ / ^ ^ 

/le- ine-me. ■ erv ^/ 

de clarhj- I 




Table, de^ CÀudrettmps .. 



75' 



\ 



cit a.x>ajit,cn, tau-, en 
\Jmi/è Se IdkrSur 
} la. m hne lamb t. 
Ci. ciu'oitcvpellaCorv- 



\ 



if 



au oiid'V 



b~ctenti balonne. 

V 



\ 



/ 



autre-, dont U 
plie àultié %v' 
prctid %S'ur It 

cou du piccL' 



^Teiiarriere, et le, 

/Çccond cmhàcUt . 




h^ahty S iir le-iau \ 
diipied, etemlipè\ 
ttadamert . tt 
le Fécond en 



■^ en amat-re.,ai V/ 
^ ,/ lu Second mifert\ i' 
"r a zohi. 







ddtabifdorilr la Second- Crout par 



^ 



^ " ^Z^^^ - 



auJre, donh le fécond Croise. 



(decokfdûn/-/epremûir G'ovf^ 
par devant, çtl^.' fécond ouvert 



la.me'nv, ^orkint dimo' ouïra- 
po o'tHort. 




paAi deifaizi, Croun' par dermr^ ^ et 

ouvert œcoh.' . 



é0^ 



cnivzrt^ et la. Second Croij'e- 
par' derrior4 • 



■ XlL \°TT 



7 6 



Tahle des Contre- bejtvps 



owferl^,eb-i& Second. 
Crois- e par dtvojit—. 



, onA/ertr<i cotç eJLtorlUlant, 
et^Le fécond, eroùsdjxir derrière. 



>><^<^^>tA>< 




ûuvertra. cote., ebi.< 
af croisé, derrière. 



^L 



^; 



en ava^ni; etdc [ 



:/ 



\,> en arrière, etxe 
/ Q.^. affemhU . 



/ 



\(> 




ouvert-; etr avenir daft 
le second fait la 
chose .sanj 



\rauter,ce </u'- . 

on ap elle te v.>y 

^■paj' de riaaudon^^^ 



XT 



la. rrurm 
trume 



~Cr 




le me 



^. 



""•^r 



ouvert- a. eo-tx., et-de jecond 
a-fj-e-mlle ■ 



\si 



(zutre. 



^=^^T y(^^1^^^ 



ouvert CL cote, etde Scco-nd em- 
hœdz d..e.mere . 



ouvcrtra. oote..,eJyxe second 
en ij) otite duv antr 



battit, pke derrière 
pozir ^<aLter en 

"-- avanti- v 

Croufe, elrle fécond 
(J^ ouverca. cote. . 

\/ 




Tahi& des Lcmtrey-tenvps 



77 



I 



. Crouftpar devcaiti 
en. bonrruuit,etrLt k 
j-êcûîid ouvert a. I 



ouverta, cote 

in loumanJr, it^ 

le jecond croxst V 

\ , par devant-. • 



X 



ou-verba. cote. eKtourn<uil:,elrle. 
fécond- croise par d^rrie-re. . 




baîtu. .fUr le cov du pxed ervloum, 
etrembœttzy d&rriere-, etnruirchje ai 
avanlr-. 




J/ ouvert a. cote 
. \f e/L touiriiMiit, etr 
croise devant. 



V 



\ 






V 7 ^'^ 

<y ^ aulre, donirLe. ^ t) 
^<^ second e/k-croi,^'' 
j-è devaitbr * 



Y' 



«r 



/ 



ouvert a. cote en 
toumajlt, etcroi 
j-a. devoiitr. 




eTt avant, eii tournajjlr. 



autre 



/-, 



^ 



'S^^^T'^rT^^' 



-^-^^^- ÇTy^ 



azdre^. 



en. arrière, civ tourrLa.iit'. 



TJ-./'i^ _-7f^\ At 



-OV^ 



^^^3^ 



^\-^ 



78 



Table djds Canp-^tejnpj . 



lâki, ovr h cou-du. 
(^piéd eTvhnmant,it 

cntvtrta.cot&,eth 
SzcoTuLaU'SSL 
ouvurtr 



V 



'< 



en icnn'nantvn. 
Second (•noj'rierc 



>, 



I ( cniiurnanJ- eit 
avant. 



■^ 



k 









'/ en burndnt, >< ^ 
et le MCOiQicnwûeîi^' 
darrure ■ . 



ffimartacole. i2n.tournant,ec- le seccnid- 
croiJ-e derrière^ . 



ouvritca toum • njn au art de i>2Jr, elpliii derncn 
. pûit.f sauJzr eriauant,etle ^ " 



( (atplier aerriù>i~c nJ ' - 
S vour s autel-, om^crl * 
^ r acô là ei le. 2 "* 
J-e parderriàr 



(lits s j, an. avant- 



"^^i^ < Vi^ 



^ 



^^u^ marne, enb>ur-i, 
' > nant de^rm/ hur ^ > 



.^W^ /habi-derrteri:.. \ 
an humant, et 
mar char e,n 
au II nt 




V 




cna/ertticol& en, 
buru - cicroifeU /f 



Second. 



TX 



V 



*>Tv\ ^j ' ^ 






TabU des Coivtrt-tcnips- 



ouveri en. tournant ct&riiy tour; elrle- 
derniar en- arrAere.^ eatvumdnlr 
tim- quart de. lour 



crotrc p ai- devant en. tournantc/crm/ 
tour, et le j'c conci ouvert 



~^^^^'-+f^^ (/'wj;Vr^ 



iatw 



It COT.U- diL-pituL zbenzbôeltc 
derriere-f etleu\e ccn^'' 



XT 



cLT.' ctrît erttinirtvf 
irti. qiuirpds.biitr 



F 



\ 



^ 



i"?! a^'ont- en. 
tour 



XJ 



XJ 



/ iinr rrife. p or 'v 
die.'xj rml^ en. 
totirnant, eJr 

oitverta. co te. 




XT . 




\ 



/ le iiieniL \> 



c/ 



'ûn^tDTjrnantr de-rriy _ sV 

'SUT' It. CCZt. clzL.pX(l£L 
■±sic énJirt 

dernier p ^ir *. 

/- 




"^ 



\, aiit7-'z. 



T 



^' 



>5' h aiu J'ai" 2-e. ccu \^ 
j '/ du.'pvid. en. loiir-^ (f^ 



\ 



v"^ 



/ 



Qiuu^H détour /C*^ 
^t Uszzo'd<i\ 
en a-rruere- . \^ ' 



( h a±u. cttrricrre 

\ th-marcho. en 
coj ont , 




. em. iaicrruint ijn. .j 




SO: 



TaiLe (L 



jÙsS 



Cixaji CCS 






s/i arr ter S 



, a-TV a,7~r~tcrs: en 

^a.'t.l-a,rzàinv 

'ond'^elajTLb 

\ p or (zeiJ cvrci. 




TJ Ss ^N^^^— ^ v ^ . -^^?^\ A j 





en, azj ont erv 
ZoTjir. 







troiJcjuar-, 
d£ Ixrur. 





autres en 

tour l-LOyJ'Ll- 

xni toztr 
Cithcrrz. 




Table des Tas <xe Su^sonite.. 



^ 






.J- d, 



r 



^de de'^' arJ- j'cnn 
arr-irre 



4 



^^4^ — ^-^V 



lij un . 



l^> 



^\^i-^^^'^^^% 



^{r^/ v^>-V 



Jy en arrzl 



n: 



t. 



"en, ùrrxerff en /viirrZiintvn, fuar r/clvicr. 



4t 



3?.' 



^>^-V •/î^\' 









(r^ 









\ 



if 

X7 









!c même e/t 
iûrimaiild emi 
îaicr . 



i^ 






^; 



aulre en-btimanir ^j^"^ 
idem hytir. 



y 






X7 



1 




ertêcUT-ttanl- 



■v^ 



(^ 



Table dzs Virondtts 



-% 



^ 1 Vy 

^yOitLrrir LcLlambd i f 

"^et la, crois crt- \^^ 
.derrière , povr *\ 




demxj IntLi 



'v ouvTTir IcLicanha 

pf^^UL croij'ee 
Jty^devanl.pour ^^ 
1 -pirouaUer sur les 
V, ^ jz^.v ovihs dtrs 

\} '-p-uicLr, de ml/ 



tour 



VI ozajerl^chmii *l 
Q- ' ^tour en. de- b 

^■^^ hors. -i^y 



\ 



^ . 



° onrei^h., 
^ \ dcnry tour 
\erz Œtdans 



J 




xj- 




oiLuerlrzrrv 
bur eiz de 
licrs . 



TT 



\ 



/ 




TJ 



N. 



OIlV a7^-tE/Xrrt jr^ ^ 

laur en.dedan.ï^^*\ 



oUuerlz im, tour ert dehors^. 




^.V^ 



oiiverlnm^ hur en. dedans. 



T^V^ 




-V^ 



^ 



V" 




iaiir etr deiyitf 
en dehors 



N. 



V 



y 





ou-verlzint 

dcrraj. en 
dcdanj 




lahLe des U^iroiieites 



83 




V 






tour en de h or j-. 



</ 



devant: . 
[derrr^r^TP, 






Tint/ V '^'~*V 



Y 




ouvertedeiuc 
tviif3 en 
dartjp . 



XT 



\ 



^a?iir, der-ric-rc, 
^elr dcv anir 

^ dcnrif 2vu. 
c-Ti. dtdatui 




S. 



> n37 

cnjx^ar-kc/idcda-nx\ \ . 

demtfimr, crL&Lt '-■ • / 
ahirrtmtcrur 
d^Jarnb c. 
. -idrlhir .r-ur- . ^ 
le cou < dzcpieOr- 



>j ef dax'ant; ^ 
oerrteTPy elr 
defanl-T-hi 
tour CIT. de - . 
txorj 



/ 



N 



'^ /b'âtica 



^dcz)antii& rri -\ 
cre. tcdeuaiilr 

"^ yi^dc cLaru- 



Xr 



c/ 



aittre, batu.à 

deuàJit:, dtrz- 
'riere.^- e^ ouuerl^ 

\(j)<xr ddyant-vr 
, CPTjj' eTi, dshorj- 

Tir 



^> 



iD) 



\ 



X 



h atuè' d&Tvïeri^ 
' dervantyeide- ' " 
rvdcre n^rLiour^ 

■o- 



\r 




de-uanJ:atr,etyi 
derrier-s^;^ 

q zloM^ epo i J", 
ed- fjnvr eiribo ^- 

vil- hyztr aii. de iior^ 





êrz cùtdaruP 




h'aiue danicn- 
et dc.^Jardr 
',|auadraFoiJ^,^^rL 
taur eii dehors 



^ 




^ toiir iù — 
ddmbe^an 

^ dc-îr iTi^lour en. 



TT 




de danr 



84 



TahLô des Cahnolts ,. et demies Cahrwlts 



<f. 



'^^ (Lemju. Cabriole.^ 
7 t zn azfonlr, otujcUx^ 
\ hcMu,. , 



I 



demze^ ÇahrioLt. 
erL- arrière^, ozl 



X 



"^ 






>> 



iLemxA Cabrvote 
Conîrz-'bimj' batiu 



< 



^ y dâmz£. Cairwle. s^' 

' 'etL arrière , on, ' 

Contre. Izrrhf baSiL. 



^ 



, cadre dzmui Ca. 
hr-iûLe erv cuvanb 



\ 






Cabriole. àLoJju. 
zn, ccvcutt. 



■2%Çahnoht. Ch. 



/^ 



e-tv amer e. 




autre Otbrwle. 
cJiaj-j'ee . 



}9 



*H, 



,» 



r 






\Siss onnc haJÀiz*. 
en. civant:, 






rz 



ùie. en arritre 



V 



V 



TahU des Cahr voles 



8y- 




outrée fijionjzc - 
bo-h-Le axiec xrtv 
kur .delqmb c , 
''^ au dermcr:-^ 

/ 



^. 




y 



< 



c o-brrolzcùrcrcitt 
anr j'oT^r delà 
même p CJ"!- ^q 



\ 



.'.-iSri^/c 

V droiHe le 
pu d dcdc - 
vatilt^cioiiib s 
derncr e . . 



■%. 






l'^j^Letnic.m.t. ^/ 

0^ 



•nicrne. 
^jjç f*^ c/lâozirTiarii^ 
O inv htuT 

< 



> 



dc'irv'n cabiioLe tiL hxum.xmquartdtt.ntir. 



auh- e . 



/ 



N,. 



^ ^^"--A hr-^^T i T^^^-^ — j>^^^~^v,V 



aulre ùnhaumanlvnqttari cLi hout\ 



^^4^ — ^ 



\ 



I^U 






aiLlre. en tournant- 
demi tour-. 



\ 



Y 







aulr ', 



y 



\ 



Cjirriûltdz, ^'r.î h' pn frtrrr^ n -,m tvxu^. 



y 






calanjjle en Zoinr-ziziTïfeLi 
t^di bcuratic , 




^> 



;p~ 






le, en 



(P^ 



86 



Table des Entre- clhats 

et dtnii^ entr&dtats . 






TtTinh e , a fer u-er-j. 
her dcr-rtcre . 



XT 



"Cr 



coucLu. pied, \ 

^cr-oise darriert et ^' 
reiornha dez'onl- 



< 



%, 



.5- 



atlrt-thxzh CL 'Z . at^ 
marcht Itpicdain -^ 
ma/ deriere en. /air ^ 



^ 



"Cr 



^;: 









a^ 



>. 



xd~ 



r'elomhcr xianx \,^ 



y ru 



o^ 



^ 



X 



^ 






,^ 



^ 






X 



he h 



//\>^T^-</>\ / 



enirdfhjob a fz ,jz lïan£ afe co lé, at mar, 
f>ie.ct qui ay£mj cierrhrfi . 



4 












s; 






% 



\<' 



Tir 



T3r 







^3 







N. 



\' 









c^ 






/" 



^ X 



«^ 






"O- 



"O" 



'^ 



<Suf)plem£rd^ d&s lziblesj)recede^iJ::e^ 
"paiM encore^ é^mwaueks cy d^vaiii'. 



Jette jan^s sctu^r' 
cncdetrvtf curupâ zrv 

/ 






i 



CoTJpe a. </(?«•<« m<ruvemeni:,y 3^ cote ■ 



^=^.^^^3^ 



^, 



J-oTjpe. a- (teu.x 
rruTU u zmenls 



{ 



/ 



\ 

^ 



duiye 



CLuire. 



^èkë^ 



^ 



% 



C/haçe. dit: 'pi^d d^ ^ 
d&rn,<n^e iandî,x_ -f- ^ 
iue.eelutf ie.d^vcl-^r I 

pie-d ■ 

Ce pa^ •sapelle' 

ch'ife.' battit^ . N, AJ 

,/, 



L^hcupe- hattu- de- 



Ctiilr^ aha^^ré- hcvtéu. de- oo-ïl^ erv 
baurmanJr. 



^^t-jAJ 



x^^ ^ ^ 





sauter e^T, ( i.^ 



me^mxff , 



r' 



cfupp LErrieni7 de^ pcus- , 



X^^^^ ^^^^s;^^ 



en. cujoni: enjaaJ', ^ 



le. meTn» 



TD~ 



naj- tûmbe! j-tirle^ deit.'X pied-! eir 
si sue tTur & j'e.cimd' • 




^^ 



CUtire'pcLS bmi.he,d<rrttl&pr'BTn4.er' cha.j'e. 



le J'ecand. et ^n ^uite du. -rriyéme^pTy cfue- 
pa^ ti[rmh&a^produitr,am^t^e^JeMe. ^tir Ta 
■jambecjui e~^Pefvl'Ctu^ - 



Ta 



U 



\jcii? tar-hlle. 0-rvcuiâ^ 




aa^ tcrrtlMadeaaj'tB' 



pwJ- içUtti, de-r-t^rs etr 
en. sotte, (rwue^t par_ 
deuanten, ^jr^tor-tiZlâi 




pcrrtBr h. arrpf ^tr- 
ia, pointe, du- pied • 



parler le aarpj" •fur' 
le talon. . 



/ 



/ 



porter le corpj" jmr 
loy pointe du pied eten 
.suite iMerle tajort 



•/•■ 



porter' Je corps sur 
le talon eten. suite 
sur lavainteduviad 



X 



pod-ar la poinlRilu,pied 
scuis que Is aorp^ y sailr_ 
porte 'etla. lever apposât 
ife talorvittjursi/ .i-cois fue l& 
carp.i' If sait porté . 



/■ 



poser le iahrn J'ons que 
lecarps y saii porté etr ^ 
léievereivposaxitla,'pinn 
iB,aiuy -Pans ^ue leearp 
y soit parte' . 

(y 



étres-ur ivpottvte du 
pied etla, letjer en, J'a 
portxatt sur le ialon , 



t^' 



I être j-ur Te tolon. etlB 
leuer en, se portant 
stir la, pairils' > 



>S élever sur Japainie du, 
pied,eien.JTtie baser le. 
talon. . 



Selauer -fvr le talottet' 
en suite, ieser lapavite 



ifttutsrsùr la. pointe 
dix. p ied, et beser le, ta- 
lon ausif tasfr . 



Sauter j-ur le talon, 
etbeser la. pointe oust 
to>rt ■ 



cS tup-plémen^ d^ poyS . 



tortiller ÏAiaJoTtstJê 



z 






jxmr -uemr d&la p^-^ 
hurma. poj^idon ala 






torlMer ta, po^né^. en, 
decLuut ete*v^tàt& le 
ttLrrv endeharKi', 



\, 



z 



XJ 



de. lup ^.^yiuulKPe ctla, 
V^-^ h arme. . 



-T±r 



•srvit&tcbpaintB- tau-^? 
datiK, ^cmurctrvt en. 



^ 






J^ h, a '^b/mne.aJa, 



S 



~cr 



ioriUler la. pcnnia eir 
ert^vii» 1& taltnv bnuf 
deuÀK ^e,refé''menteri 
cledcuûp . 



\ 






-tir 



delcvz, 7*^aiurj-e dia, 
Q. 7^ ianne . 




de. Ta, p'^.^JiÀmm al 
3. .'"^ 



de la.a.'^ala.-p'^.^ 



pad" en-aucavteten 
^TMte ivrtHle.T' le ta, 
Ion, . 



peur en avant et en 
^uite, tortiller lupomt, 
du.pted 



\ 



^ 



^^ 



S 



TT 






p li^iruette, dvn.(le.my 
tour en, tcrrtULént •fur 
les pointes eà^rur let. — ■ 

ialons aUterruLtit/erneTLl' 







•rurla. painte^-~-^— ^ 
, dupi'êd ■ s^ 




Scutte en, tartillantjai 
pied ■ 



>i; 



■S'axité.erttm'UUa.nt {•fa.itt-enai/a.n^ en \iS dut gri artère, m 
Ig^ 2, , -pi^o" ■ 1 tortillant h.^ 2,piedà-brrMlantlej' 2-. pied-f 



"x±r. 




~Cr 



cfuzivïement (i& pcLJ . 



% 



■^^ cLemif coupe- en 
^'y^j'iuiè hrrHUe tm 

\ ■ iaZÔn, en. jttite- ' le^ 
y ycUuonjDainkj ^* ''\.^ 






-pour se rendre 
Û. .en Taj ^pojUian 





Te-prerrvier pas ^ 
abaSA Je. sec^md^ 
en sautant , et 
sec<mci efut^e. 
? enpas tombu 



xr 








Xt 



leTTienue^rk A e/vjflevrd- 



TlT 



le -rnenie^ j • uvarvere 



Te-r. 



.< 



d 



Canire- --temp s tarîUlij erv j'iute tortille 
taïitre vied J'cazwir la. j:)cnnte. et en 
j'tdie. le talarvpirur ^e rendre, en la<3 ^ 




=^^-^> 




le premier peur ehnse l^^etumd ervsau,- 
tant s mur plier <rw m, ne pliant (fue, le- 
rrUntvJ" cfu£Le^1^ po j-ible- et le, sec<tnd 
cha,^e le-^ ^ eriypa-J" iamhe . 






xr 



l^menui37\ X 
màia/emêlf 



-à- 



a- trais 
etvauani'. 



TJ- 



le-tnénve' 



u 



'en-an^re. 



le rtvenu-eia. tr'iris m-crw 
derC^r*e. . 



le. même, desu-s eir 
itscrus . 



lernenv^^enfleijret 

de,cate '■ 



- ^^:^^''^ - ^;^:£SZ^;F ^ ^^.^ii^XSl^ 



le centre i 
■menuet enl 



^ Tetnpj du 
fanant' ■■ 



'^ar 



Ti. con.îr'it "î y temps 




•ffrtaner& 



doive 



autre, de aoié. . 



pas yjt* 
cunnii.tie.nv [ 
fe mgrui.et. 



1 xfe fa 
\erS^da 



y ail- 
dans 




XS-^ 



XT 



TT 



L A D A N C E. 87 

De U Mefure ou Cadence, 

ON doit remarquer trois fortes de Mefures dans la Dancc, fça- 
voir Mefure à deux temps , Mefure à trois temps & mefure » 
quatre temps. 

La Mefure à deux temps , comprend les Airs de Gavotte , Gaillarde, 
Bourrée , Rigaudon , Gigue , Canarie , &:c. 

La Mefure à trois temps , comprend les Airs de Courante , Sara- 
bande , Paffacaille , Chaconne , Menuet , Paflepied , &LC. & la Me- 
fure à quatre temps , comprend les Airs lents , comme par exemple 
l'Entrée d'Apollon de l'Opéra du Triomphe de l'Amour, &: les Airs 
de Loure. 

Dans les Airs à deux temps &: à trois temps , on met un Pas pour 
chaque Mefure , &: dans la Mefure à quatre temps on en met deux.. 

Je remarque néanmoins que ceux qui ont fait la Courante , ont mis 
deux Pas pour chaque Mefure, dont le premier occupe les deux premiers 
temps de la mefure & le deuxième Pas n'occupe que le troifiéme temps»- 
& au Menuet ils n'en ont mis qu'un pour deux mefures. 

Les Mefures des Dances feront marquées comme on les marque à 
la Muiique , c'eft à dire par des petites barres coupant le chemin en 
travers qui rcprefente les mêmes barres qui tranchent les cinq règles d& 
la Mufiquc, dontl es entre- deux feront autant de mefures. 

E. X E M PL E. 



xr 



On verra dans les Exemples fuivans comme chaque Pas a rapport à' 
chaque Mefure des Airs , fur lefquels ils font compofez.. 



% 



1 A D A N C E. S9 

Sll arrivoît que l'on voulût mettre plus de Pas dans chaque Mcfurc 
qu'il n'y en a dans les Exemples precedens , on fe ferviroic des Règles 
fuivantes. 

Si l'on vouloit , par exemple , mettre dans une fculc Mefurc à deux 
temps , ou une demie Mefure à quatre temps , qui eft la même va- 
leur , un Fleuret &: un Jette ; il faudroit que les trois Pas qui compo- 
fent le Fleuret euflent une double liaifon , qui fignificroit qu'ils doivent 
aller une fois plus vite que s'ils n'en avoir qu'une , il faut auffi que le 
Jette foit joint avec le Fleuret, mais d'une fimple liaifon feulement, afin 
de faire connoître que ces deux Pas ne font plus qu'un , que j'appelle- 
ray Pas doublé , dont le Fleuret fera pour le premier temps de la Me- 
furc , Se le Jette fera pour le deuxième temps. 




f 



i 



EXEUTLÊS-. 



l 



i< 



Si l'on vouloit mettre le même Pas fur une feule Mefurc à trois temps, 
il faudroit qu'il n'y eut que les deux premiers Pas du Fleuret qui euffenc 
double liaifon , qui feroit pris pour le premier temps , le dernier Pas du 
Fleuret pour le deuxième temps , & le Jette pour le troifiém.;. 



MXEMPLE. 




$0 L'A R T D E D E'CR IR E 

Quand il faudra laiflfer pafler quelques Mefures de l'Air fans dancer> 
foie au commencement ou au milieu d'une Dance, on les marquera de 
la manière qui fuie , fçavoir par une petite barre coupant le Chemin 
obliquement, au lieu que la précédente le coupe en travers, & on 
en marquera autant que Ton voudra compter de Mefures fans dàncetg 
8f. pour compter une demy Mefure, on ne marquera quune demy 
b^rre oblique. 

EXEMPLE, 

Mais quand il arrivera qu'on en voudra compter un plus ^rand nom- 
bre, ce qui occuperoit une trop grande longueur du Chemin, pou^ 
abréger , on fe fervira de barres qui feront à côté en longueur du Che^ 
min , qui vaudront autant de quatre Mefures ainfi qu'un bâton vaut 
quatre Mefures dans la Mufique , à qui je donne le même nom* 
Compter quatorz^e Mefures. 

1 

xr 

Quand on voudra compter un temps , un demy temps , ou un quart 
de temps , on fe fervira d'un foupir pour un temps , d'un demy fou- 
pir pour un demy temps , & d'un quart de foupir pour un quart de temp^, 

XJn quart de Temps. 
Demy Temps. 
V» Temps. ([ 

Aux Airs qui ne commencent pas en frappant, c'eft à dire où il y a 
des Nôtres auparavant la première Mefure, fur lefquelles on ne dance 
point ordinairement, comme aux Airs de Gavotte , Chaconne, Gigue, 
Lourc, Bourée, &;c. on marquera les valeurs defdites Nottes au com- 
mencement. 



L A D A N C E. 91 

Du Chettiin, afin de fa're connoître qu'il ne faut commencer à Dan- 
cer que fur la Notte en frappant de la première Mefure de l'Air, après 
lefquelles valeurs on marquera la mefure , ainfi qu'elle fera marquée a 
la Mufîque après lefdites Nôtres. 



Gavotte. 



EXEMPLES. 
C H A C O N N E. 



Gigue. 




> 
4- 



I 



Les Lettres de l'Alphabet qui font marquées fur les Pas de l'Exem- 
ple fuivantt: &; qui font auffi marquées fur les Nottes & Temps de la 
Mefure de l'Air , fontconnoiftre aux perfonnes les moins éclairées la 
cadance de toutes fortes de Dances , en obfervant ce qui fuit. 



ABC 



DE F GHI K 




RI K LMN OPQ. R ST^ VXY Z i % 






Si l'on veut fçavoir fur quel- 
le Notte ou Temps de la Me- 
fure un Pas fe fait, on n'a qu'à 
voit à quelle lettre il eft mar- 
qué , & enfuite chercher la 
Notte ou Temps où eft la pa- 
reille lettre , qui fera celle fur 
laquelle le Pas doit être fait, 
comme par exemple , le Pas 
A B C fe fait fur les Nottes 
& Temps A B C , le Pas D 
fe fait fur la Notte D , le Pas 
E F fe fait fur la Notte F & 
fur le point F , &: les Pas G H fe font tous deux fur la Notte G H , &:c. 

F ii) 




$t L'ARTDEDE'CRIRE 

Quand ttne j?agc aura plus de Pas , & de Nottes qu'il n'y a de let- 
tres dans ralphabec,au défaut des lettres , on fe fervira de chifre 123/^, &c. 
On remarquera que comme les lettres de l'alphabet & les chiftres ne 
feroient pas fuffifans pour marquer tous les Pas d'une Dance particulière- 
ment quand elle eft bien longue , on recommencera à chaque page à 
marquer par A B C D , &c. & continuer ainfî de page en page. 

De la Fhun. 

o 

ON doit remarquer deux fortes de figures dans la Dance , fçavoir 
figure régulière &: figure ineguliere. 
La figure régulière eft quand deux ou plufieurs Danceurs vont par 
mouvement contraire ,. c'eft à dire que tandis que l'un va à droit , l'au- 
îre va à gauche. 

EXEMPLE. 

Figure régulière. 




\^ figure îrreguliere eft quand les deux Danceurs qui figurent ensem- 
ble viqnt tous deux d'un même coté. 



, EXEMPLE, 
Figure irreguliere, 

<33 



L A D A N C E. ^ ^5 

Par le moyen de la prefence du corps on connoîtra le Chemin de 
l'homme d'avec celuy de la femme , en ce que le demy cercle de l'un 
eft double , au lieu que l'autre cft fimple , dont celuy qui eft fimple , 
comme tous ceux qui ont été démontrez cy-devant , marque le chemin 
de l'homme , & celuy qui cft double marque le chemin de la Femme» 
EXEMPLES. 

Le Chemin de l homme. ie Chemin Ae U femme. 



Outre ce on diftinguera encore les chemins de deux hommes l'un d'avec 
l'autre par un point qui fe trouve au milieu du.demy cercle de l'un , au 
Heu que l'autre n'en a point. 

Celuy où il n'y a point de point , marque le chemin ordinaire de 
l'homme, & celuy où il y en a un tient la place de la femme. 

EXEMPLES. 

chemins de dmx hommes. 



*T=r 



•^ 



On diftingucra aufiî les chemins de deux femmes l'un d'avec l'autre 
par le même point , fçavoir que la prefence où eft le point , marque 
le chemin ordinaire de la femme , &: celuy où il n'y en a point tient la 
place de l'homme. 

EXEMPLES. 

chemins de deux femmes. 



n;2r 



•^T 



^4 L'ART'DE DECRIRE 

Quand un plus grand nombre de Danceurs figureront enfemble com- 
me huit par exemple , la prefence du corps n'étant plus fuffifante pouf 
les diilinguer tous, puis qu'elle ne marque que pour deux ; on aura re- 
cours aux lettres de l'alphabet , dont A A marquera les deux qui figu- 
rent enfemble , B B en marquera deux autres, C C en marquera deux au- 
tres , &: D D marquera les deux autres , dont chacun fera encore di- 
ftingué d'avec fon figurant par ce qui vient d'être enfeigné èc démon> 
£re par les Exemples precedens. 




De U manière que chaque Danceiir doit ohfer'ver fa figure en dançant. 

ON fe refTôuviendra que j'ay dit à la page 4. en parlant du Che- 
min , qu'il fervoit à deux ufages , premièrement pour écrire les 
Pas &c les Pofitions ; ôi fecondement pour faire obferver la figure des 
Dances, . 



Je 



t A E) A N C E. 5>y 

Je dis donc que lors que dans une dance on dancc quelque cfpace 
de temps en une même place , on ne doit plus regarder le chemin que' 
comme le conduâcur des Pas & non de la Figure ; mais quand la Danse 
va toujours & ne refte point en place , pour lors on doit regarder le 
Chemin non feulement comme le conduâ:eur des Pas , mais encore de 
la Figure : or donc pour obferver cette figure , il faut après s'être placé 
au commencement du Chemin , fur lequel on doit dancer , de la ma- 
nière qu'il a été enfeigné à la page35', il faut, dis-je , voir fila figure eft 
droite , diametralle , circulaire ou oblique , fi elle va en avant , en arrière , 
ou de côté, foit à droit ou à gauche, comme il a été démontré dans les- 
Marches pages 37. 39. & 40. puis après avoir appris l'Air qui doit être 
notté^ au haut de chaque page , ou fait jouer ou chanter par quelqu'un , 
on ajuftera les Pas avec la Mcfure , comme il a été enfeigné cy-devant en 
parlant de la mefure , &c on fera la figure en dançant , telle qu elle cft 
démontrée fur le papier. 

Quand il arrivera que les Chemins fe croiferont les uns au travers 
des autres , il faudra que les Pas de l'un ou de l'autre laiflent une diftan- 
ce ou brèche fuffifante , pour laiffer palier les Pas de l'avicre Che- 
min , afin d'éviter la confufion quils feroient, s'ils fe mêloient les uns^ 
parmy les autres. 

E X E M P L E. 




^^ 



L'ART DE DE'CRIRE 
PoHf donner les mains en dançant. 



N connoîcra quand il faut donner la main , lors qu'à côté du 
Chemin il y aura une efpece de petit croifTant au bout d'une pe- 
tite barre , dont celuy qui fera à droit marquera qu'il faudra donner la 
main droite , &: celuy qui fera à gauche marquera qu'il faudra donner 
îa main gauche, &: quand il y en aura deux, un de chaque côïé , ce 
fera marque qu'il faudra donner les deux mains. 



Donne'' 1.% niMn droite. 



xr 



EXEMPLES. 

Donner lu main "nuche. 



Dorner les deux m.tlas. 




On remarquera que quand on aura donné une main ou les deux , qu'il 
ne les faudra point quitter jufqu'à ce qu'on aye trouvé les pareils fi- 
gncs, qui feront tranchez, pour marque que c'eil en cet endroit où il 
faut les quitter. 

EXEMPLES. 



€)uitter une ma' 



+c ^^ 



■é^ ^ 



Quitter les deux mains. 

0+ 4C 3+4C 



'^!r 



Donner une main. 



Donner Ls deux nt-iins. 



L A D A N C E. 57 

Des Ports de Bras , ^ de leurs Mowvemens. 

QUoy que les Ports de Bras dépendent plus du goût du Danceur 
que des Règles qu'on en pourroit donner , je ne laide pourtant 
pas que d'en mettre icy quelques Exemples , où l'on voira par des ca- 
raderes démonftratifs les difFerens mouvemens que les bras, peuvent faire 
en dançant , au moyen defquels caraderes on pourra aifément marquer 
dans les dances chaque port de bras qui doit accompagner chaque pas. 
On connoîtra la figure du bras par les figures ABC, fçavoir A mar- 
que l'épaule ou haut du bras, B marque le coude ou milieu du bras, 
éc C marque le poignet ou extrémité du bras. 

EXEMPLES, 
Ls Bras étend». Li Po':gnet plié. 

/^ h Ç A B .G 

Comme on doit placer les Bras fur un Chemin. 

ON diftingucra les endroits où on va en avant &: en arrière, d'avec 
ceux où on va de côté. 
Ceux où on va en avant ou en arrière , on marquera les bras au deux 
cotez du Chemin, dont celuy qui fera du côté droit fera le bras droit 
&: celuy qui fera au côté gauche fera le bras gauche, & aux endroits où 
on va de côté, on les marquera tous deux audeilus ouaudeflous, obfer- 
vant toujours que celuy qui cft à droit cft le bras droit , & celuy qui, 
eft à gauche eft le bras gauche. 

EXEMPLES, 

Le brus gau- Le Bras gau- Le bras giiu- Le bras drok 

che ouvert é^ che ouvert çj> che ouvert ç^ ouvert (^ U 
Les deux bras le droit f lu du le droit tout- à Les deux bras le droit fermé gauche tout- 
coude, fait fermé. ouverts. du coude. à frtt fermé. 



Bras flic. 


Le Bras tout- à- fait df 




-uant j/iy on hauteur. 


P-B 


y- 


A 


A. 



ouverts 



4^-:^-^-|> ^t-^^ 



G ii 



5$ ^ L'ART DE DE'CRIPs.E 

Je ne pretens point icy faire une longue cxplicarion du Mouvement 
-des Bras , je diîvay feulement que comme il y a trois mouvemens de- 
puis la ceinture en bas , de même il y a trois mouvcmens dans les bras 
qui ont rapport les uns avec les autres, fçavoir celuy du poignet a 'rap- 
port à celuy de !a cheville du pied, celuy du coude a rapport à celuy 
du genou &c celuy de tout le bras, c'eft à dire de la jointure de l'épaule, 
a rapport à celuy de la cuiife. 

On connoîrra quand le bras fe meut par une ligne courbe ou ronde 
marquée C D fortante de f endroit qui reprcfente l'extrémité du bras , 
qui marque le chemin que le poignet fait, comme depuis C jufqu'à D. 

E X E M P L E. 

Le mouvement des bras tant du poignet , du coude, que de l'épaule, 
fe prend de deux manières, fçavoir de bas en haut, & de haut en bas.. 

Le bras qui fe meut de bas en haut eft lors que le bras qui eft ou.- 
vert vient fe fermer en s'approchant devers le corps , & celuy qui fe 
liieut de haut en bas , eft quand le bras qui eft fermé s'ouvre en defcendant» 



LA D A N C E. 



99 



Exemples des Mowvemens des Bras. 



■i/I-o»i>ement Mouvement 
du Poignet de du Coude de 
hits en haut, bas en haut. 



Mouvement 
de l'Ejiaule de 
bas en li.'iHt. 




Mouvement Mouvement 
du Coude de de l'Epaule de 
haut en bas. haiitcnbxs. 



Koud du pot- Rond du Cou- Rond de l'E- 
gnet de bas en de de bas en paule de bits 
haut. haut. en haut. 



I — s> 



-O O 






Rond du Pot- Rond du Cou- Rond de l'E- 
gnet de haut de de haut en paule de haut 
en bas. bxs. en bas. 



Rond du Poi- 
gnet de haut 
en bas. 



k- 



Double mou- 
vement du 
Poignet de bas 
en haut (^ de 
haut en bas. 



Rond du Cou- 
de de haut en 
bas. 



Ro id de l"E- 
pxide de haut! 
en bc.s. 



/-Q/ (1-3/ 



Double mou- Double moti' 

vemtnt du vement de l'é- 

Coude de bas paule de bas 

en haut Qr de en haut (^ de 

haut en bas. hxut en bas. 



-Ô 



/^ ^ H-^ H^ ((^; 



Les bras peuvent agir tous deux en même temps ou l'un après l'autre. 

On connoîtra quand les bras agiffent tous deux en même temps par 
une liaifon allant de l'un à l'autre, & quand ils n'ont point de liaifon, 
c'eft une marque qu'ils agiffent l'un après l'autre. 

Les bras peuvent aufll agir par même mouvement , ou par mouve- 
ment contraire. 

Les bras qui agiflent par même mouvement font lors qu'ils font tous 
deux la même adion , èc par mouvement contraire , quand ils font une 
aâion différente l'un de l'autre , comme par exemple îorfque l'un s'ou- 
vre &: que l'autre fe ferme. 

EXEMPLES. 



Les deux bras agijfans. 
en même temps , tous 
deux par même mouvM- 
tnent. 




Les deux bras Mgijfans 
en même temps par mou- 
vement contraire. 




Les deux bras agijfant 
ï un après l'autre , dont 
le droit agit le premier 
Cr le gauche agit le der- 



xr 



.^ 



IQO 



L'ART DE DE'GRIRE 



De la batterie des CaJlagnetteS. 

POur la Batterie des Cafl:agnettes,jc me ferviray des Nottes de la Mu- 
fique , qui auront les mêmes valeurs & qui feront placées aux deux 
cotez d'une feule ligne , dont les unes feront au deflus & les autres 
au deflous. 

Celles qui feront au deflfus feront pour frapper de la main puchc , 
& celles qui feront au deffous feront pour frapper de la main droite. 

EXEMPLES. 



Trapper un Frapper an 

eoHp de la coup de la 

wntn gauche. main droits. 



per un RouUer de la RouUer des 

coup des d-ux main gauche 'RouUer de la deux mains a, 

mains à la [ans frapper main droite la fois fans 

fois. faP'S frapper. frapper, 

i t T 



V 






per des deux mains 
Cy rouUtr en fuite. 



î 



RouUer pendant plufieurs 

Mefurts, 



-^i-j^ 



RouUer d'une main tandis 
que l'autre frappe. 

iiimiii 



4>-'"^~v^4 



La ligne fur laquelle les Nottes font placées doit être barrée de mefure 
en mefure comme dans la îiufique , entre- lefqucUes barres, feront mar- 
quées autant de Nottes que l'on doit battre de coups , dans chaque me- 
lures aufquelles on donnera les valeurs convenables aux mefurés de l'Air. 

Il doit aufïî avoir au commencement de cette ligne une efpcce de 
Clef, qui né fervira feulement que pour en marquer le commence- 
ment , afin de pouvoir marquer enfuite le figne de mefure de l'air , &c 
les temps qu'il faudra compter , en cas qu'il y en ait- 



signes des 
Clef Mefures. 



'Barre. 



EXEMPLE. 

Compter 

Compter une Compter de- Compter un Compter de- un quart 

Mefure. my Mefure. Temps. my temps. de temps. 

—^ ^ ^ ^ f- 



L A D A N C E loT 

Ayant aînfi conçu toujtcs chofes , on Nottera l'Air , après quoy on 
marquera la bacceiic des Caftagncttes au dcffous en forme de Par- 
tition , en forte que chaque Mef ire de la batterie fe rapporte jufteraenc 
i celle' de l'Air qui cil notté au deffus. 

EXEMPLES. 



t 'mi 4 Vl ï-^ r 



a 



^ 



-7^— f- 



1 t I I r i , i d , l- 



iM' f 'u 'îrir'i^^f 'f 




rtti — rf-rrt 



M 



f -f 



1—4 



iJ.i , J.J.flr J.JrU 



Ml' r 'Vs^v\'\\ v î 






i^'ifirrrrii:!!!! îo-î-î \ 



l'AiRT b:e decriile 



B 



iiiiKiiiii^mp 



î:^? 



Zî^ 



m 



♦ff 



B» 




^ 



ri^ 



Eliiiiiiii 



UUUfficLkUiU 



,ï liir'uîifrf'iît'ifxf-'îr'rr'î'' 



^- >T «^ «i^^ C/z/hiigrieitz^, pour paire. 




cortrtoiJtrc. lUf-mrm otl dotJr- 
pratùftier l&s r-i^ies pre.c.eÂjeiAi. 



Ë A ET A N C Ev 103 

Ce qu'il faut ohfer'ver four écrire uHe Dance, 

ÏL faut premièrement décider dans quel endroit de la Salle on vcuÊ 
commencer la Dance & y placer le commencement du Chemin; 
cnfuite il faut tracer le Chemin &'y marquer la Pofition, puis on écrirzÉ 
les Pas tels qu'on les voit dans les Exemples precedens , & fi on fe trou- 
ve embarafle pour écrire quelque Pais , on aura recours à la Table des 
Pas, &: pour trouver quelque Pas dont on aura befoin, on examinera 
quel Pas c'eft , fi c'eft un Pas de Courante , demy-Coupc , Coupé , Pas 
de Bourée ou Fleuret, Jette, Contre-temps, Chaflc , Pas deCifï'onne, 
Pirouette 5 Cabriolle , ou Entrechat , & ayant connu de quelle forte de 
Pas c'efl: , fi c'efl un Coupé par exemple , on ira à la Table des Coupez, 
& fi c'eft une CabrioUe on ira à la Table des CabrioUes , &c, de 
l'ayant ainfî' trouve, on remarquera de quelle manière il cft écrit , afin 
de pouvoir récrire de même. 

On notteraau haut de chaque page fur lefqucls la Dance fera écrite, 
autant de mefurès de l'Air, fur lequel la Dance eft comppfée , comme 
il y aura de mefures de Dance. 

Quand on voudra écrire quelque Dance figurée , on remarquera 
que tant que la Dance va &: ne relie point en une même place , qu'a- 
prés avoir marqué la prefence du corps ou commencement du Chemin, 
de chaque Dancèur, on defllnera le Chemin fur le papier , femblable 
à la figure de la Dance, puis on y marquera la Pofition , ô^ les Pas cem-' 
mc il a été enfcigne cy-defilis.- 



9t L'A RT D E D E'^C RIRE 

Lorfqu'il arrivera d'écrire plufieurs Pas qui doivent être faits en une 
même place, comme par exemple au point A, on prolongera le Che- 
min foit fur la même ligne ou d'un côté ou d'autre , félon que l'on 
trouvera le pîus commode , & autant qu'il fera befoin , pour y placer 
tous les Pas qui doivent être faits au point A , lequel Chemin ne fera 
qu'un Chemin emprunté, afin d'éviter la grande confufion que feroient 
plufieurs Pas , s'ils étoient écrits fur une même place ; je dis donc qu'on 
prolongera le Chemin comme depuis A jufqu'à B , &: on remarquera 
que quoy le Chemin ait été prolongé depuis A jufqu'à B , que cepen- 
dant le Danceur n'aura pas forty du point A , ce qui fe connoîtra fa- 
cilement par les Pas quiXont depuis A jufqu'à 3 > lefquels ne peuvent 
être faits qu'en une même place. 



^ 




^ ^r^^j y rf4^ n ^^c^j"^ 







>^^ 



On doit remarquer à la fin de chaque page les endroits & devant 
quelle parcîe de la Salle doivent être les Danceurs , afin de marquer à 
la page fuivanre les commenccmens des Chemins , de la même pianiere 
qu'ils ferout placez , & continuer ainfi de page en page jufqu'à la fin 
de la Dance, 



L A D A N C E. ■ ^ lof 

Mais fi au commencement d'une page deux Danceurs croient pro- 
ches l'un de l'autre, &: qu'ils dufTent dancer quelque efpace de temps 
en leurs mêmes places , comme marque C D, par exemple , que les 
Pas ne permiffent pas au chemin de fe détourner d'un côté ny d'autre , 
& que la proximité des deux Danceurs empêchaiTent de prolonger les 
Chemins, l'un devers l'autre, pour en éviter la rencontre on feroit obli- 
gé au lieu de placer les commencemens des Chemins à C D , il fau- 
droit les y fuppofcr feulement &: les tranfporter autant éloigné de C D 
qu'il en feroit befoin pour y pouvoir renfermer tous les Pas qui de- 
vroicnt être faits aux places G D , de manière que les Pas étans ache^i 
vez d'écrire les Chemins foicnt arrivez à C D- 



^ 



<\é 



\ 



•V 




ù^ 



Ou bien on peut faire le contraire en mettant les commencemens 
des Chemins àC D , & au lieu de les faire aller l'un devers l'autre on les 
mettra en s'en éloignant comme de C à E & de D à F , & on trou- 
vera que les mêmes Pas auront été faits fans que les Danceurs ayenc 
forty de C D , non plus qu'à l'eSemple précèdent , l'un & l'autre font 
également bons , il s'agit feulement de prévoir lequel conviendra le 
mieux avec la figure qui fuivra. 




Pour peu que l'on veuille s'exercer dans les Dances fuivantcs , on 
acquerera la facilité d'en écrire d'autres & même à en compofer. 

On ne fera point furpris fi dans ces Dances on y voit dçs Pas plus 
grands les uns que les autres. 



loé L'ART DE DE'CRrRE LA DANCE. 

La raifon pourquoy cela ne doit point faire aucune confequence cft 
que les Pas fe doivent reftraindrc dans les bornes des Pofitions , comme 
il a été démontré à la page 43. ainil on ne "doit s'attacher qu'à connoîtrc 
leur Pofuion, fans avoir égard à leur grandeur, ny à leur petitefTe.. 



E I N".- 



Fautes à corriger. 

A la page ç. à l'explication des cinq Pas chacun en particulier, au lien de dire 
il y en a de deux fortes , il faut dire à tous il fe fait de tant de manières , comme 
par exemple ; le Pas droit fe fait de deux manières, 6.;c. Etainfides autres. 




A PARIS. De l'Imprimerie de Gilles Paulus du Mesnil, 
rue Frementelle prés le Puits Certain , au petit CorbeiL. 1700, 



RECUEIL 

DE DANCES 



COMPOSEES 



Par M. FEUILLET, Maàre de Dance. 




A PARIS, 

Chez. l'Auteur , rue de Bufli , Faubourg S. Germain , à la Cour Impériale, 

Et chez Michel Bjiunet, dans la grande Salle du Palais , 
au Mercure galant. 

îZ D G C. ' 

AVEC PRIVILEGE DU ROT. 



5: 



ç 



m 




s 



■^ZT^ 



^Jje.^/\zgaM.(Lcrn ocLCLc/^a 



CLVOC 




/e Jtinaudom 



MmM\},in''\!^ 



* 







4^ 



&t - "yv.^<- ' i; 



-r 




i. 



*^>^^^*i^^ ^ 




1- 




^^^ 



•^>>^^.x 



"^c^ 



•S: 



^ 



cLe La. p cvuxL . 



3. 



,h,ku'!!ll!,WM,l l !im m 



'^JS.ia oAuh? rur . 






..j2L. . ... 



.1^^ 



>:^l 



'-\ Ah 



^.\ 



\ï CM- 



2tk ^ 



^ 



•>;''■ ^ 



■■■•^W 






■^!: 



■■^ 






le Rvaaudoit. 



m mimmhhm ^ 



m 




d<LL 



a paux. 



^ 



m\ mm'' 



i. 



a^ 



S 




ht Bvgazidoiv. 



M\mmmmh^ ^ 



h=p^ 



~w 




cLc la 



p 



(LVJL 



^ 



\liill [Ill!ill!lllimi^ ^ 



^ 




P »g%rliWtt.J'||if'Vll|iHi]'lrl-^^]) 



Lnoue a de 



Ll/X 




"Cr Ts^ 



djl 



a cuLU/dc 



wmê^kmkàj ^ m 



9 



:^ 



■P-Hh 




i t-Mlin.tt 



Giauc 



kmm\mm\u 





■^S3J*+- 



^>^ , "^ 




\ 




mMêé 



'- — ^L-^ \\- 



\ 



lo 



I 



^ 



( t 



■?fr^=^ 



V 



^ 



\ 



\ 



\ 






s: 



CL dcitqp 
■S: 



Il .. 



m-ihumnmwmym,i\f^ 




/ 






^^2. 



S, 



ntrce^ 



is 



Ç 



l l .l'l' l |1 | | l lltl ||J || | )"f|!f<) Hl 



:r 




'e^ci ûaœc 




^-^v^ . 



M If 



^ 



v^ ] 



\- 



J 



f 






' 4^^^^^ 



/ 



"53" 



a deM^x. 



nmum\\m 



-^c/^^ 




H 



& 



itrc^ 



'^ym-ti^i+im 



■^'^ 




J. 



a. aciLDc 



Sr+ë 



fe 



^^ 



^^ 



^^ 




£ 



Titrejz. 



x6 



mm^\U^mm% \yA\\\^^ 




^=^ X>f^ -Yv 





\' 




1 



fjiiiiiiiiii!ii/iii fii miiiiii'//M 



JiLaaAJxLoii . 




CTztre.^ 



Miimiûm iMi ^mm 



X7 



5 



V; 




*«.• • '- •• 





CL 



(Lezcx^ 




^p» 



^Q 



m:a 



+-tr-f^ 



-6- 



.. 



? 



,t A 



Vvf 



l 



N^ 






^> 






-t — 



CIO 



tntPe^ . 



IfiiiififV/ii/iifii,,»,;/! ^ 




2-1- 






Sa rabnndc. 



^m 



HE 



3) 



^^ 





agg^ 



/l 



^^É 



S cbrcib oALcie. 

pcrur TerrhfrLe.. 







2-2. 



J ayrcLPa/nxie^ 




mmwwmuM ^m 




^^ 







^ 







^^ 



-e.niyme. 



pcntr p 

I 



23 



tS^ ' ^"^IL_;'"'^S^> 



fî 



f 



\. 



■v^. 



"^^^ 



-fTt* 



ut ' » 



THP- 



s arabœnŒc . 



ipffjfiimiiiuimi^ ^ 



m 



ip^ 




^ 



jiM\\iii'\^)iiiiiimi ^ m 



SaraJxxndjt 



SœrcLvcbnjLè^ pour hoTrvm^ 




^^ 



^^^^^ 



Srr 







"O" 



aè 



S a r al> oyruLe 



^p^^^^ 



-M- 



^ihP 





\\\\m\\\\ \ à%\\\]\m 



27 




c^8 



SaraMande^ 

l 



IM^iïftïte ' ^i i ff^ff^ 








5 0. 



ôarajxvnxL^ 

5 



#ffi fi#ft#rfft^ê i^a 




tj-panrwh.. 



Jx 



^ ^(^mmm ^ mA 




5^ 



w 



s orcLDCunÀ^ 



^ 



-frfr 



'i i fiiiiTiiii i t|i'ii iii| iJii i >i 




55 




Foltz- d&j paartc 



^^^ 



Folie dcspaane^pour hcmvi^ 




J>'f 



TOiLe. cLJLspa^n^. 





pozi/r T^Aii/iTLe^- 



3/ 



w\ \ m é 00^ m 



tt 



/^^^^ 



} 



V 



1 



\ 




i 



ff 






"Cr 



56" 



^y o Llù d ospaafbe^. 



ilé*aiiiuiiiiiiigiiiiiit««iii]iiAMiin»iijaiHaflB-iia»aB«a«A-« 



44^ri » i| i yi' i H -u,u4jxtq-j mf fffpijf >if i /Mif/"'f f yift-y^ i ^'i [ 




DOTLr J~e>myrm^ 



37 



M fiiii W ifiii'' ( iiiii" iStfi S li 



'^nr^^^ ^ ^'^^vf 



y 




y^èr^ 



^•~Ni <4^ 



T5¥ 



%^ 



^ 



^X^ 



Cf. 



^ r>^<^ 




P 




s-:» 



^^ 



I 



3S 



T'a lu. dî^jp aorte. 



^^■^ 





-cr 



LcLiixtri^ CL dezLoù . 




^rx-'^^'^'^^^ ^ K^ '^ *^ 



] 



I 




<r> : w:^ ' 



7f 



". 



■cr 



.V 




f 



} 



Xt 



u/ Qiaiui 



Giaiic p o ur h^nnwie 




y 



alL- 





^ 



-^} 



1 ^^^ ^ 




XI 



F 



rurrr 



ijur turrri/irbe^ 



J^M 



^^^^sm- 





¥ 




1-4 



k 



LriniLC. 



' ^mméim 




4-y 



m 



$mmmm 



-4 ■^- 



EiS 



entrer pour hoimru.. 



ip^^^ 




4-6 



C^ntrcc ■ 



wiKmw''^^m 



i 0-1 



-j:i. 



irCr 



\ 



s 




/ 



^Cr^^=^=^ 








imé immimifiim m 



Il r I 'J ' i *■' \ ' 



' pê mm ^ 




£ntrce. 



j^^ entrer . ' 



tetgfflîfl^g 




+ 9 



ilfl|i || i il lMi|| , lH,ill l <|fi%i^ 



M 




(hitre enJT&& p ojvr rwinymc 




ÏQ 



^^g» 



-=a 



7 



^0 2?^ 



r 







À. 




ft r . I l ■ — 1^ 



i i f' i» ' ''iii''i ' i i i i /"i i " i i iii M ' '-'i ipaq 



^ 



i 



.^ 




r" ^ ■ -'-^^^^ i»^;r ^, 



/o ■ ^ ■» 



Jfc: 





^^ 



4- «-X -^ 



^^^ ^=^ 







Xj 



^ii,i||[litllriiilJfillRii ll 'aiTili g 



h-9- 



S3 



^^ 



:s: 







/^ 



^^^^ 



ôitrcx^ 



ce or cuve 



â 



\ 



s 



-i< 



\D^ 



F' 



hbo 



aitr tvom/rne. 



;^ 




XJ 



^4^ 



ciztrcc 



i :ni!|i f; ! .ii'iififii(Jiïïir< ifi ii 



\\lXXll^'jJk \\ \i\\ \ C 



^-.^x^ 



c^ 




'S 




9M-i39 



mm 







f^ 



^ 



Sj' 




Entrc 




Grave. , 



I i r 



±± 



r+t 




'f ù I .' 



^m 



M3: 



^ 




ra^ve. 




S9 



k"^^ 




JLntre^y 




(iA.p o hyn . 



^^ ^^P ^ 



> 




>j 




^^^ rt 



1 





^> ër^i.-^>; 



^4-^=^ 

^^-^\ 



^ 



> 



6 a^ 






ïïfi"'» i (i'iiilïirt 




ti\it ^ 



s 



Se 




^=^^^ 



i 




W^ 




y. 



r^^ 



&^ 



JtmtWifffftfffi ^ 



VH^ 



¥ 




6^ 



H Titrer 



i^-f-t--f 



ïW 



U-X 



w 



4^^ 



W^ 



T-^:=^^X 




ferf 



tn 



dÂpo/o7L 



'^^ n^ r\ 



6S 



m ïmmàw m 



i '^ \ ni) 




f 








\^ 



^ ^t^\ yK-^à^^^ <>i t: 



^ 







^^r^'^^^^^ 



IjTiœce 




^^ 



f-- « f 'f 



i 



um 



fn-'—^ 



if 



» \ 



mm 



67 



6-7 



mV*\o 



i^ 



tï 



U- 



V), BaLct~ de. az^iif CyJairspibrs 




\v/^{\>A:^^V#^ei^- 







c 



TT 



se LU 



Tir 



JBaUt 




^ aUj^ 



-i-h 



w 



t. f 



69 



T7" 
A 







-C7 

C 



"C7 












70 
-H- 



BaUt 



i-Hf 



5'- 



?f 



^^^T?ïîï«S^ 



^^^^ 



:â 




3alef ■ 


7x- 


n tf ^ 


?'s f'''^ 


ê ' â 


j '7 


i * 




■^7 , 


--T - 


" , ^- 




- ^^ ^ 




W" 


~4^: 


:±Jt: 


-44-r- 




■■ ■- - 



3 



T' 




a qnair-e,. 




72- 



r 



JBaLcJ:: 



A . , f 



-^ 



*-f 



ïlt 



fcW 



7^ 




m 



Bahe^tr 



73 




m-u 



^efrf 



Hi-Tf 



ri . ■ t i 



d^ 



fff 




•C7- 
A 



D 



Tir 
c 



-Tir 



& 



BdLttr 

77 



li i llilil i lljrUiHl i UiHliy ^ 



A. 




C 






BaUt- 



7^ 



ï£_t' - ■' 



7^-~ : 



f?;^ 



+1 



ËSe 



ccmartf 




^^ % : ^"r^^^^,_^>^ 




ffife#fft# 




4^ 



A 






C 






76 



fr 



J^aJjct 



m. 



ttt 



M 



m 



A. 



X7 
D 



TT 
c 



TT 
B 




-^1 




x 



^r 



■cr 



/ 



JBaXeJj 



77 



' ■W,flii'ff|flfff([l[f[f|flfpff/ffi)flllf|ff(f/f/ 



..aZT 



s.> X4f~y 




et 



hiutr- 




t-C 



78 



BdUtr. 



te 



\\\m\\\mm\\m^ ^ 




Baletr 



r/im 



79 



m4 



-^ 



t± 



TI7 





xj- 



8o 



nm 



£alet- 



t 



\<m\mfmmw m 



~r\ 



:^ 



■^ 



>R 



^r # 



^'o 



t 



?.S 



TU 



>^-^= 



.,31 



ir 



2^ 



f 







~ — ^I^' 



< 



1 



i 







A A4 



BaleJj 



^^^¥nW^mr\ 



5 




ai 



"^ 




JE-o^ 



D 



^,'1/ V ^ 



;><* ^^ 



D 



;^ 



i) 





A 



i^ 




XT/v^ 




TT 



Bal&tr 




-baLet^ 



S 



83 



mm\m 








^ 



-H- 









A- 



^-Hv 



:^>. 





"Cr 



\ 







PS 



^±j 



V '>i> 



^ 



^ 







■-H- 



^^' 








A 




u^...\.... 





"^ ^ 




^V \^A 





~<7 




E 



l 




5 J^ 



84- 



Ballet; 




-V 



-i->- 



«fflffi 




i 



K' 



A B 



C D 






1^ 










i^i 



P:^âi>:^' 
















)aH§^«>''S^^\V1